contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

16 janvier 2018

Groupe sida Genève: nouvel horaire le vendredi après-midi

Les horaires d'ouverture de notre association:

Lundi à jeudi de 9h à 12h et 14h à 17h
Vendredi de 9h à 12h
Vendredi dès 12h locaux fermés, accès uniquement sur rendez- vous de 14h à 17h 

Standard téléphonique:
022 700 15 00
Lundi à jeudi de 9h à 12h et 14h à 16h
Vendredi de 9h à 12h

Pour toute question concernant le test, le Groupe sida Genève vous répond 7 jours sur 7, de façon confidentielle et anonyme.

Ligne Infos Sida: 0840 715 715
Lundi au dimanche de 9h à 16h non-stop, 7/7

10 janvier 2018

EMIS: Enquête européenne en ligne sur la sexualité entre hommes 2017

Source: EMIS

36612.png
Bienvenue dans la plus grande enquête jamais réalisée sur les hommes homosexuels, bisexuels et les autres hommes (incluant les hommes trans) attirés par les hommes.

Merci de participer si vous êtes...

  • un homme qui a des rapports sexuels avec d'autres hommes ou un homme attiré par d'autres hommes
  • ou un homme qui pense avoir des rapports sexuels avec d'autres hommes dans le futur.

Pour remplir le questionnaire, vous devez avoir l'âge légal permettant d'avoir des rapports 
sexuels avec des hommes dans le pays où vous vivez.

De quoi s'agit-il ?

Il est question ici des relations, de la vie sexuelle, des risques, de la prévention et de l'utilisation des structures de soin.

Combien de temps faut-il pour compléter le questionnaire ?

La plupart des personnes prennent entre 15 et 25 minutes pour compléter le questionnaire. Veuillez vous assurer que vous avez suffisamment de temps devant vous et de batterie pour aller jusqu'au bout ; il est impossible de revenir sur vos réponses si vous vous déconnectez en cours de remplissage. Cependant, cette enquête vous est proposée sur la base du volontariat aussi pouvez-vous arrêter et vous déconnecter à n'importe quel moment, auquel cas aucune des données complétées ne sera enregistrée. Merci de ne pas remplir le questionnaire plus d'une fois cette année.

Pourquoi participer ?

Nous voulons tous une meilleure vie sexuelle et à moindre risque. En prenant part à ce questionnaire, vous aurez peut être l'opportunité de découvrir quelque chose de nouveau. Bien qu'il n'y ait pas de service proposé en échange des informations que nous collectons de votre part, vos réponses aideront les services de santé et de soutien à mieux répondre aux besoins des communautés. Ce qui peut signifier d'avantage d'aide financière aux services à destination des personnes gay et bisexuelles. La première édition de cette enquête (en 2010) a permis de toucher 181.000 hommes.

Lire la suite…

L'administration Trump dissout le conseil sur le VIH et le sida

Source: DH.be

trump18.jpg
L'administration Trump a licencié ce qu'il restait du comité officiellement chargé de conseiller le président américain sur la lutte contre le VIH/sida (PACHA), font savoir les médias américains vendredi. 

Six membres du conseil avaient déjà démissionné en juin pour protester contre les politiques sanitaires de l'administration. Les dix derniers membres restants ont été licenciés, selon le Washington Post.

Les contrats ont pris fin immédiatement, selon le quotidien qui cite l'épidémiologiste Patrick Sullivan.

M. Sullivan a été nommé pour un mandat de quatre ans en mai 2016 sous d'administration de l'ancien président américain Barack Obama.

PACHA, fondé en 1995, fournit des avis à l'administration américaine au sujet des politiques, recherches de traitements et prévention du virus VIH et du sida.

"L'administration Trump n'a pas de stratégie pour faire face à l'épidémie actuelle, ne cherche aucun avis d'expert pour formuler des politiques relatives au VIH", a déploré l'avocat Scott Schoettes défendant la cause des LGBT dans l'organisation Lambda Legal qui a démissionné cet été.

Seulement 40% des personnes vivant avec le VIH aux Etats-Unis ont accès à des traitements cruciaux pour leur survie.

9 janvier 2018

Remaides 101

Source: AIDES

Au sommaire de ce dernier numéro de 2017:

La conférence IAS à Paris, l'allègement thérapeutique et les activistes contre la dérive des prix !

Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour remaides101.jpg



















8 janvier 2018

2 postes à repourvoir chez Aspasie

Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour logo_aspasie_new.jpg
Aspasie est une association de solidarité, créée à Genève en 1982 par des personnes prostituées et leurs alliés. Dans une attitude de non jugement elle défend les droits des personnes qui exercent le travail du sexe, offre accueil, information, prévention et soutien.

Offre d'emploi:




C'est la rentrée!

Miniature de l'image pour la-rentree.jpgL'ensemble de nos activités sont à nouveau ouvertes selon l'horaire habituel. Toute l'équipe du Groupe sida Genève vous souhaite un excellent début d'année 2018!

VIH/sida: bientôt le test à faire chez soi

Source: Le Matin

vih2018.jpg
Les autorités suisses envisagent de légaliser les kits de dépistage à domicile, déjà commercialisés depuis plusieurs années aux États-Unis et chez nos voisins européens.

En Suisse, la loi interdit la vente au public de matériel destiné au diagnostic de maladies transmissibles. Une exception pourrait être faite pour les autotests VIH.

Une piqûre au bout du doigt et une goutte de sang suffisent. En 15 minutes, le résultat s'affiche: si deux bandes apparaissent, c'est positif. Dépister le VIH soi-même avec un kit acheté en pharmacie, c'est possible en France depuis 2015 et aux États-Unis depuis 2012, mais encore interdit en Suisse. Probablement plus pour longtemps.

Lire la suite…

28 décembre 2017

La Suisse revient sur ses engagements internationaux dans la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme

Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour couleur_3.pngSourceCouleur 3

Interview (parties 1 et 2) d'Heide Jimenez Dávila, présidente du Groupe sida Genève, sur Couleur 3 à propos de la réduction de la contribution suisse au Fonds mondial de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme (GFATM) pour la période 2017-2019.


COMMUNIQUE DE PRESSE - 15.12.2017

La Suisse revient sur ses engagements internationaux dans la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme

Jeudi 14 décembre 2017, les chambres fédérales ont approuvé des coupes à la coopération au développement qui abaisseront la part de l'aide publique au développement à moins de 0.5% du RNB plaçant la Suisse bien en-deçà de l'objectif de 0.7% fixé par l'ONU que notre pays s'est engagé à atteindre. 

Lire la suite…

Pourquoi Genève refuse le dépistage gratuit du VIH

Miniature de l'image pour dépistageGE18.jpgSource: TDG

Santé: Dans le canton de Vaud, les tests seront gratuits en 2018 alors que Genève refuse de modifier sa Loi sur la santé.

Le même débat a eu lieu des deux côtés de la Versoix. Son issue est diamétralement opposée. Mardi, le gouvernement vaudois s'est dit favorable à une gratuité du dépistage du virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Il répondait ainsi à une motion du Parti socialiste: 5000 dépistages par an coûteront à la collectivité environ 250 000 francs. Objectif: rendre le test plus accessible, «en particulier pour des groupes cibles vulnérables et/ou éloignés du système de soins».

À Genève, les motions et projets de loi se succèdent depuis 2014. Sans succès. Lors de la session d'octobre, le Grand Conseil a dit un non définitif au projet de loi porté par le député socialiste Romain de Sainte Marie. Quant au Conseil d'État, il a réitéré son opposition, comme il l'avait fait en 2014, quand ce même député faisait voter une motion au Parlement genevois.

Qu'est-ce qui a conduit la majorité à refuser une subvention d'environ 200 000 francs en vue de dépister gratuitement le VIH? En premier lieu, la diminution du nombre d'infections. Se basant sur la décennie 2004-2013, les autorités mettent en avant la baisse de 27% des infections. En 2014, 53 cas ont été décelés, relève le Conseil d'État, «un nombre particulièrement peu élevé». Reste que les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) font état d'une nouvelle hausse à Genève, avec 66 déclarations en 2015 et 68 en 2016.

Lire la suite…

La Confédération doit considérer d'autres mesures de réduction du risque de VIH

Miniature de l'image pour kargo_pinkcross_cd_logo_redesign-940x400.jpg


Communiqué de presse
Embargo: mercredi 13.12.2017, 15h 


La Confédération doit considérer d'autres mesures de réduction du risque de VIH
 
Aujourd'hui, 13 décembre 2017, le conseiller national Angelo Barrile a déposé une interpellation demandant au Conseil fédéral de prendre position sur les nouvelles méthodes de prévention du VIH, notamment sur la prophylaxie pré-exposition (PrEP). Cette thérapie médicamenteuse peut prévenir de manière efficace une infection par le VIH.

En Suisse, les primo-infections par le VIH restent à un niveau relativement élevé. En 2016, ont été enregistrées 542 nouvelles infections, dont 69% concernaient des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH). Ce sont des chiffres consternants, qui montrent que l'actuelle stratégie de prévention de la Confédération ne suffit pas. Déjà en 2016, la Commission fédérale pour la santé sexuelle (CFSS) a demandé à la Confédération d'évaluer si la prophylaxie pré-exposition (PrEP) pouvait être une mesure efficace et de la rendre accessible à certains groupes à risque.
 
Pink Cross, la Fédération suisse des gays, est favorable à une stratégie de prévention du VIH plus ample, qui prendrait également en compte la PrEP. «C'est un état de fait : la PrEP est déjà très répandue dans la communauté gay, mais en même temps il y a beaucoup d'incertitudes à ce sujet», affirme René Schegg, secrétaire général de Pink Cross. La PrEP ne convient pas à l'ensemble des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, mais à certains groupes particulièrement vulnérables.
 
«Les possibilités de lutte contre le VIH n'ont jamais été aussi efficaces qu'aujourd'hui», explique René Schegg. «Les avancées scientifiques des dernières années exigent une réaction de la part de la politique, qui doit œuvrer pour une stratégie préventive élargie.»
Par cette interpellation, le Conseil fédéral est amené à s'interroger sur l'éventualité de rendre l'accès à la PrEP plus économique. «Des médicaments pour la PrEP meilleur marché permettraient d'éviter beaucoup de souffrance et de couteux traitements des personnes séropositives», ajoute Angelo Barrile, auteur de l'interpellation. «Il est toutefois important que les médicaments de la PrEP ne soient pris que dans le cadre d'un suivi médical.»

Lire la suite…

Billets plus anciens

Derniers commentaires

  • Le dernier commentaire a été posté le 18 mai 2016 par BANA ROSEE à propos de L'espérance de vie des patients souffrant du VIH augmenterait petit à petit
  • Lire les autres...








A chacun son Remaides !

Miniature de l'image pour remaides101.jpg
Depuis 17 années déjà Remaides est une revue pour les personnes touchées et leurs proches. Remaides apporte une information claire et précise sur les traitements du VIH et les hépatites comme sur toutes les difficultés (sociales, juridiques, professionnelles...) auxquelles chacun peut se trouver confronté dans sa vie quotidienne. A travers les témoignages de ses lecteurs Remaides est attaché à rendre visible la réalité intime de l'épidémie et à enrichir chacun de l'expérience des autres. Information et témoignages sont les outils que Remaides a toujours voulu mettre à la disposition de ses lecteurs au service de leur autonomie et de leur qualité de vie. Remaides est une revue francophone avec des comités de rédaction en France, Suisse et au Québec. Bonne lecture


Vous souhaitez participer au Fil rouge ?

carburant2.jpg

Rien de plus facile !

1/ D'abord restez en lien avec le Fil rouge et abonnez-vous au flux RSS.
2/ Un billet vous a révolté ou au contraire vous soutenez une idée retrouvée sur ce blog : dites le à tous et postez un commentaire.
3/ Vous voulez partager un moment de votre vie, envoyez votre témoignage à filrouge@groupesida.ch.


© 2008-2018 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum