contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

22 février 2017

À vos agendas!

Assistez à la conférence sur les droits des migrants en France et en Suisse le 30 mars 2017 de 13h30 à 19h30 à l'Espace Martin Luther King à Annemasse!

Miniature de l'image pour RDMsavethedateV2.jpg

21 février 2017

Prévention diversifiée à Cochabamba

Source: Seronet

Miniature de l'image pour idh.jpeg
Membre de Coalition PLUS, l'Instituto para el desarrollo humano (IDH), association de lutte contre le VIH/sida bolivienne, a organisé, il y a quelques mois, la 19e édition de l'ExpoSida, un événement de grande ampleur d'information des jeunes et du grand public sur les enjeux de la lutte contre le sida et des droits humains. Retour sur un événement dont le mot d'ordre était "PrEParemos un mundo sin sida".

Depuis 19 ans, chaque année, un événement destiné aux jeunes de tout le département Cochabamba est proposé ; aux jeunes, pas seulement. Dans les faits, l'ExpoSida offre aux élèves des collèges de cette importante ville bolivienne et à toute la population la possibilité de s'informer sur le VIH et les IST, de réfléchir et d'abandonner certains de leurs préjugés liés à la sexualité et aux différences en général. En 2016, l'ExpoSida a accueilli plus de 28 700 visiteurs, ce qui en fait l'événement pédagogique de masse le plus important de Bolivie et assurément un événement unique en Amérique latine. Cet événement, c'est l'Instituto para el desarrollo humano (IDH) qui l'organise. Pour cette 19ème édition, le thème central retenu était aussi un slogan : "PrEParemos un mundo sin sida" (PrEParons un monde sans sida). Un slogan qui est aussi une revendication et que Coalition PLUS, dont IDH est membre, avait porté et lancé lors de la conférence Afravih à Bruxelles en 2016. Coalition PLUS appelle à un accès universel à la prophylaxie pré-exposition (PrEP), un outil de prévention complémentaire aux autres et s'inscrivant dans une offre de prévention diversifiée.

Lire la suite…

20 février 2017

Espagne : vers une détection du VIH une semaine après contamination

Source: Le Parisien

6686487_000-par7657503hdf_1000x625.jpg
Grâce à un nouveau biocapteur, les premiers résultats pourraient même être connus le jour même du test.

Le Conseil supérieur des recherches scientifiques (CSIC) en Espagne a breveté une nouvelle technologie permettant de détecter le virus de l'immunodéficience humaine (VIH-1) «seulement une semaine après l'infection». Actuellement, quand une personne a pris un risque, il faut attendre plusieurs semaines pour que la contamination soit détectable.

«Une équipe du CSIC a développé un biocapteur qui peut détecter le VIH de type 1 pendant la première semaine après l'infection», a annoncé dans un communiqué la plus importante institution publique dédiée à la recherche en Espagne. Les expériences - réalisées avec du sérum humain, le liquide sanguin débarrassé de ses cellules et des protéines de la coagulation - détectent une protéine présente dans le virus de type VIH-1, l'antigène p24, par un dispositif particulier.

Lire la suite…

Un an de PrEP : enfin des chiffres !

Source: Seronet 

chiffres-5_4.jpg
A défaut de savoir combien, il était difficile de savoir qui prenait la PrEP en France, une année après son autorisation. A défaut d'avoir des infos de la part de l'Agence nationale du médicament, c'est par le professeur Jean-Michel Molina, un des précurseurs de l'accès à la PrEP dans l'hexagone, que l'on a eu accès à ces données. D'après sa présentation à une conférence à Malte pour l'ECDC (le Centre européen de contrôle des maladies), près de 3 000 personnes ont utilisé au moins une fois la PrEP. Près de 98 % étaient des hommes et la quasi intégralité ont des rapports homosexuels (HSH). Les femmes et les personnes trans sont quasi-absentes, signe que la PrEP, pourtant recommandée au sein de ces populations dans certains cas, n'est pas encore appréhendée ou connue. Sur les personnes utilisatrices, 30 % avaient eu une IST dans les douze derniers mois, et 10 % eu recours à TPE (traitement post-exposition). Par ailleurs, 20 % se déclarent consommatrices de produits dans un contexte sexuel (chemsex). En termes de schéma de prise, c'est une majorité de PrEP à la demande qui est rapportée, similaire à celle de l'essai ANRS-Ipergay. La nouvelle rassurante, c'est le très faible nombre de contaminations au VIH sous PrEP : deux cas (dont on ignore les causes pour l'instant). Une preuve forte de l'efficacité de la PrEP et de son potentiel impact vers une baisse des infections à VIH dans les groupes les plus vulnérables. Pour l'instant, cela se limiterait aux HSH, vue la répartition actuelle des utilisateurs.

Geste d'une assurance contre l'hépatite C

SourceTribune de Genève

Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour topelementtdg.jpg
Santé: La caisse maladie va prendre en charge une partie des traitements achetés dans le sous-continent indien.

La caisse maladie Concordia va rembourser en partie les personnes atteintes de l'hépatite C qui achètent leur traitement en Inde ou au Bangladesh. Cette nouvelle possibilité est offerte aux patients qui ont une assurance complémentaire. Elle est soumise à une condition: passer commande par une voie sécurisée et conseillée par l'association Stratégie hépatite Suisse (SHS), afin d'éviter les mauvaises surprises liées à l'achat de médicaments sur Internet.

Lire la suite…

16 février 2017

Les HUG fêtent la St-Valentin avec une BD «santé sexuelle»

Source: Tribune de Genève

brochure.jpg
Prévention: La brochure «Santé sexuelle: histoires d'en parler » présente plusieurs situations de la vie courante sous forme de bandes dessinées.

Qu'offrez-vous à l'être aimé à la Saint-Valentin? Un bouquet de roses? Un bon repas? Des petits mots doux? Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont choisi la fête des amoureux pour ouvrir un site dédié (www.santesexuelle-ge.ch) et diffuser une BD et la liste des nombreux acteurs qualifiés sur le sujet: 7500 exemplaires qu'on pourra trouver dans les cabinets médicaux, auprès des antennes de l'Hospice Général et des centres sociaux.

Lire la suite…

15 février 2017

Sida : les personnes séropositives ont d'avantage de risque de développer un diabète

Source: Europe 1

Miniature de l'image pour diab.png
Les personnes séropositives sont davantage susceptibles de développer un diabète, y compris en l'absence de facteurs de risque comme l'obésité, selon une étude publiée mardi. 

Selon une étude menée aux Etats-Unis, les personnes atteintes du VIH auraient d'avantage de risques de développer un diabète et ce, même si elles ne sont pas obèses. 

Les personnes séropositives sont davantage susceptibles de développer un diabète, y compris en l'absence de facteurs de risque comme l'obésité, selon une étude publiée mardi.

Diabète de type 2. Sur un échantillon représentatif de 8.600 personnes traitées aux États-Unis pour le VIH en 2009 et 2010, 10,3% étaient atteintes de diabète, montre cette étude, publiée dans la revue médicale britannique BMJ Open Diabetes Research and Care. Il s'agissait de diabète de type 2, le plus courant, pour plus de la moitié (52%) d'entre eux, de type 1 pour 4% et de type non déterminé pour 44%. Dans la population adulte des États-Unis en général, la proportion de diabétiques n'est que de 8,3%, ajoute l'étude, à partir de l'analyse d'un autre groupe représentatif.

Parmi le groupe de séropositifs, la fréquence du diabète augmentait avec l'âge, l'obésité, et l'ancienneté du diagnostic de VIH, soulignent les chercheurs. Mais même en écartant ces facteurs, ainsi que d'autres possibles facteurs de confusion (sexe, appartenance ethnique, niveau d'éducation et de revenu ou encore taux d'infection par l'hépatite C), la proportion de diabétiques est 3,8% plus élevée dans le groupe de séropositifs analysés que dans la population générale, ajoutent-ils.

Lire la suite…

Sida: "Seule une société plus égalitaire pourra faire reculer l'épidémie"

Source: L'Express

Miniature de l'image pour la-municipalite-d-aulnay-sous-bois-en-seine-saint-denis-a-pris-un-arrete-interdisant-la-diffusion-d-une-campagne-de-prevention-contre-le-sida-montrant-des-couples-homosexuels_5749319.jpg
Parce qu'elles craignent les discriminations, les populations les plus vulnérables au VIH sont éloignées des structures de prévention et de soin. Pour lutter, Coalition Plus et AIDES propose donc de créer des sociétés plus égalitaires. Tribune.

Lutter contre le sida, ce n'est pas seulement améliorer l'efficacité des traitements, renforcer la fiabilité des tests de dépistage, mettre au point un vaccin universel... C'est aussi lutter contre les discriminations. Car, aujourd'hui, le principal allié de l'épidémie -il est urgent de le reconnaître- c'est la violation des droits humains. 

Sur l'ensemble des continents (à l'exception de l'Afrique subsaharienne où la population générale reste fortement touchée), 90% des nouvelles contaminations concernent les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes (HSH), les personnes trans, les professionnels-les du sexe et les injecteurs-euses de drogues.s.  


Lire la suite…

13 février 2017

La Thaïlande devient le premier pays asiatique à éliminer la transmission mère-enfant du VIH

pregnancy.jpeg

Source: Science Daily

Selon une étude publiée par la revue médicale Paediatrics and International Cild Health, la Thaïlande devient le premier pays asiatique à éliminer la transmission mère-enfant du VIH grâce à une réponse pragmatique multi-sectorielle, appuyée par un fort engament politique et un gros investissement financier de la part du gouvernement.

Cette réponse a permis au pays d'adresser les quatre volets de la stratégie d'élimination recommandée par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), menant à la réduction de la transmission mère-enfant de 20-40% au milieu des années 90 à 1.9% en 2015 (faisant donc mieux que l'objectif de l'OMS de 2%)

Les quatre volets de la stratégie de l'OMS sont:

  • la prévention primaire du VIH chez les femmes en âge de procréer
  • la prévention des grossesses non-planifiées chez les femmes vivant avec le VIH
  • la prévention au sujet de la transmission du VIH d'une femme vivant avec le VIH à son enfant
  • la provision des traitements, soins et support aux femmes et enfants vivant avec le VIH
[...]

La clé du succès réside également dans l'offre importante de soins anténataux. Un test de dépistage volontaire est proposé gratuitement à la première consultation, suivi, pour les femmes séronégatives, par un second test plus tard au cours de la grossesse. Pour les femmes séropositives enceinte, une thérapie antirétrovirale est prescrite aussi tôt que possible. Le traitement a été rendu disponible à prix très bas, grâce à des changements législatifs qui ont permis la production de médicaments génériques en Thaïlande. Les cliniques et consultations prénatales ont également fait la promotion de l'utilisation de méthodes duales de contraception afin de prévenir la grossesse non-planifiées des femmes vivant avec le VIH.

[...]

Lire la suite en anglais ici

9 février 2017

VIH: une baisse importante des nouvelles infections à Londres

Source: France inter

Le VIH recule dans la communauté gay londonienne: mois 40% de nouveaux cas en un an. Une coupe franche attribuée majoritairement aux traitements préventifs à base de Truvada (PrEP ou prophylaxie pré-exposition).

France inter invite pour en parler le Dr Jean Michel Molina chef de service des maladie infectieuse à l'hôpital Saint-Louis introducteur de la PrEP en France.

Le podcast de l'émisson Tête au carré peut être écouté ici.

Billets plus anciens

Derniers commentaires

  • Le dernier commentaire a été posté le 18 mai 2016 par BANA ROSEE à propos de L'espérance de vie des patients souffrant du VIH augmenterait petit à petit
  • Lire les autres...








A chacun son Remaides !

Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour remaides 27.png
Depuis 17 années déjà Remaides est une revue pour les personnes touchées et leurs proches. Remaides apporte une information claire et précise sur les traitements du VIH et les hépatites comme sur toutes les difficultés (sociales, juridiques, professionnelles...) auxquelles chacun peut se trouver confronté dans sa vie quotidienne. A travers les témoignages de ses lecteurs Remaides est attaché à rendre visible la réalité intime de l'épidémie et à enrichir chacun de l'expérience des autres. Information et témoignages sont les outils que Remaides a toujours voulu mettre à la disposition de ses lecteurs au service de leur autonomie et de leur qualité de vie. Remaides est une revue francophone avec des comités de rédaction en France, Suisse et au Québec. Bonne lecture


Vous souhaitez participer au Fil rouge ?

carburant2.jpg

Rien de plus facile !

1/ D'abord restez en lien avec le Fil rouge et abonnez-vous au flux RSS.
2/ Un billet vous a révolté ou au contraire vous soutenez une idée retrouvée sur ce blog : dites le à tous et postez un commentaire.
3/ Vous voulez partager un moment de votre vie, envoyez votre témoignage à filrouge@groupesida.ch.


© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum