contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

10 février 2009 

Quoi de neuf doc ?

Rem70-090206-Rem70Suisse.jpgElvitegravir : un nouvel anti-intégrase en essai
Le laboratoire Gilead a lancé, en juillet 2008, un essai pour comparer un nouveau médicament de la famille des anti-intégrase (elvitegravir) à Isentress (raltegravir). Cet essai a lieu pour le moment en Amérique du Nord et à Porto Rico. Dans un deuxième temps, il concernera l'Europe, le Canada et l'Australie. Cette étude concerne des personnes déjà traitées, dont la charge virale est supérieure à 1 000 copies/ml, et qui recevront pendant 48 semaines, après tirage au sort, soit l'elvitegravir une fois par jour, soit Isentress deux fois par jour, en plus d'autres médicaments anti-VIH.

NORVIR.jpgLa fin du monopole du Norvir en tant que "booster" ?
Norvir (ritonavir) est le seul médicament anti-VIH utilisé à faibles doses pour renforcer l'effet des autres antiprotéases (l'effet "booster"), en ralentissant leur dégradation par le foie. Il peut cependant provoquer une augmentation des graisses dans le sang (triglycérides et cholestérol). De plus, son dosage unique (100 mg) ne permet pas de l'adapter aux différentes situations. Ce monopole risque de s'achever puisqu'un nouveau produit à effet "booster" des médicaments anti-VIH est à l'étude. Ce produit (au nom de code GS9350), n'en est qu'aux tous premiers stades de son évaluation. D'autres étapes seront nécessaires avant de pouvoir établir son efficacité et sa tolérance, puis le commercialiser.
SUSTIVA.jpg
Nouvelles conditions de prise de Sustiva

Pour les enfants, une nouvelle façon de prendre Sustiva (éfavirenz) est possible. L'arrêt de commercialisation, par le laboratoire BMS, de la forme pédiatrique dosée à 100 mg (voir Remaides N°68) n'a pas fait progresser l'utilisation des anti-VIH chez les enfants ! Désormais, on sait qu'en cas de difficulté à avaler les gélules ou la solution buvable (surtout chez les enfants), il est possible de prendre le contenu de la gélule avec un peu de nourriture. Les gélules devront être ouvertes soigneusement, verticalement avec la partie qui recouvre l'autre orientée vers le haut, puis leur contenu mélangé, dans un récipient, à une petite quantité de nourriture (compote de pomme, yaourt, lait maternisé, gelée de raisin...). Ce mélange devra être consommé dans la demi-heure. Une petite quantité supplémentaire de nourriture permettra de récupérer tous les résidus éventuels dans le récipient.Aucune nourriture supplémentaire ne devra être consommée après, pendant au moins deux heures.

HEPATITES.jpgInfos sur les hépatites

Telaprevir : une première antiprotéase contre le virus de l'hépatite C

Plusieurs médicaments sont en cours de développement afin d'améliorer l'efficacité et la tolérance de la bithérapie recommandée actuellement contre l'hépatite C chronique (Interféron pégylé : Viraferon PEG ou Pegasys + ribavirine). Telaprevir (VX-950) est l'antiprotéase du VHC qui est au stade de développement le plus avancé actuellement. Plusieurs études comparent la bithérapie classique à une bithérapie + telaprevir, afin de déterminer s'il y a un bénéfice en terme de durée de réponse au traitement et de taux de guérison. Chez des personnes infectées par le VHC de génotype 1 (le plus fréquent) qui n'avaient jamais eu de traitement auparavant, des études ont récemment montré une augmentation de l'efficacité quand telaprevir est utilisé en plus de la bithérapie classique. Concernant les personnes infectées par un virus du génotype 1, mais qui avaient eu une rechute ou un échec suite à un premier traitement, les premiers résultats d'un autre essai montrent également une augmentation de la probabilité de meilleurs résultats avec telaprevir par rapport au traitement standard. Malgré les espoirs suscités par ces résultats, certaines préoccupations demeurent concernant l'apparition de résistances à court et moyen terme et les effets indésirables du telaprevir, essentiellement les problèmes de peau avec allergies, éruptions cutanées et démangeaisons. Par ailleurs, ces essais ne concernent actuellement que le génotype 1 du virus de l'hépatite C, et n'ont pas encore commencé chez les personnes coinfectées par le VIH. Il est important que ces recherches soient bientôt effectuées.

Source : Remaides n°70 à paraître.


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Quoi de neuf doc ?.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/97.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum