contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

22 avril 2009 

Pendant ce temps-là en Allemagne...

 Deux nouvelles en lien avec le VIH nous proviennent cette semaine d'Allemagne.


Tout d'abord, on apprend aujourd'hui par le site Warning qu'après l'Australie, la principale association allemande, la Deutsche AIDS-Hilfe, reprend les recommandations de la Commission fédérale sur les problèmes liés au sida disant que « les personnes séropositives ne souffrant d'aucune autre infection sexuellement transmissible et suivant un traitement antirétroviral efficace ne transmettent pas le VIH par voie sexuelle. » Cette nouvelle provenant d'un grand pays comme l'Allemagne pourrait avoir un effet boule de neige sur les positions d'autres associations européennes. Selon la Deutsche AIDS-Hilfe, la transmission sexuelle du VIH est improbable si:
- la charge virale du partenaire séropositif est indétectable depuis au moins six mois;
- l'observance au traitement anti-VIH est bonne;
- les muqueuses génitales sont en bon état.
Dans ces conditions, estime la Deutsche AIDS-Hilfe, les risques de transmission du VIH sont comparables à ceux liés à un usage systématique du préservatif. Comme la Commission fédérale suisse sur les problèmes liés au sida, l'association allemande met en avant les risques liés aux infections sexuellement transmissibles (IST), à la fois parce qu'elles peuvent augmenter la charge virale chez la personne séropositive et endommager les muqueuses sexuelles de la personne séronégative, et ainsi faciliter l'entrée du virus dans l'organisme.


L'autre information concerne la chanteuse Nadja Benaissa, 26 ans, mère d'un enfant, membre du groupe de filles No Angels, qui vient d'être arrêtée à Francfort. Elle est en effet suspectée d'avoir contaminé 3 de ses amants de manière délibérée. La police a décidé de l'arrêter peu avant un concert et l'a directement mise sous les verrous pour "des raisons de santé publique", considérant que cette dernière risquerait de "récidiver" si rien n'était fait. Les associations de lutte contre le sida ont immédiatement réagi en considérant que cette "chasse aux sorcières" et cet "outing sérologique" étaient inadmissibles. La justice allemande a quant à elle fait des pressions pour empêcher un média de révéler les conditions de détention de la chanteuse. Pour la Deutsche Aids-Hilfe, "la criminalisation de la transmission du VIH (...) sape les efforts de prévention et entretient la stigmatisation des personnes séropositives." Un cocktail de presse people, d'affaire policière et de VIH, dans le pays le plus peuplé d'Europe, qui va sans doute faire encore parler de lui!


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Pendant ce temps-là en Allemagne....

TrackBack URL pour cette note: http://sidablog.ch/cgi-bin/mt6/mt-tb.cgi/118.



© 2008-2020 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum