contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

30 juillet 2009 

OFSP: "les efforts de prévention ont échoué". Les Tessinois relayent. Les Romands et les Alémaniques silencieux.

Sprachen_CH_2000_fr.pngL'Office fédéral de la santé publique (OFSP) publie tous les trois mois, sous forme de tableaux, les statistiques les plus importantes concernant les tests VIH positifs et les nouveaux cas de sida. L'information est en général assez bien reprise par les médias helvétiques.

Le dernier bulletin paru le 27 juillet a néanmoins donné des conclusions différentes (et surprenantes) selon les régions linguistiques suisses. Dans l'ensemble, les médias suisses, tout comme le communiqué de l'OFSP, insistent sur les problématiques HSH (hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes). Le Temps et la Neue Zürcher Zeitung constatent qu'il y a dans les six premiers mois de l'année moins de cas chez les gays qu'en 2008. Il Corriere del Ticino avance les mêmes chiffres mais souligne en revanche le fait que le pourcentage de HSH ayant contracté la maladie ces trois derniers mois est en augmentation par rapport à 2008 et 2007 (55% contre 48% et 36%).

Tout comme l'OFSP, le journal tessinois fait le constat sans équivoque que "cela signifie que les efforts de prévention ont échoué". Cette annonce relativement inédite de la part de cet office a parfaitement disparu de ce côté-ci des Alpes. L'optimisme semble être de rigueur en Suisse romande et à Zürich, alors qu'il l'est beaucoup moins à l'OFSP et à Lugano...

Lien vers les derniers rapports épidémiologiques de l'OFSP

Articles de presse mentionnés ci-dessus (Corriere del Ticino, Le Temps et Neue Zürcher Zeitung):
ofsp_juillet_articles_presse.jpg


Commentaires

Les traitements empechant toute contamination de la part des personnes en charge virale sanguine faible, comme le VIh est très peu transmissible chez les hétéros, ( +13% / an en l'absence de toute prévention ), avec la moitié des personnes dépistées, on fait reculer le nombre des contaminations.

Au contraire, malgré l'intransmissibilité du VIh chez les gays soignés, le VIh étant 80 fois plus transmissible en l'absence de toute prévention, il suffit de 10% de gays non dépistés pour que l'épidémie touche presqu'à coup sûr ceux qui ne se protégeront pas.

L'effet préventif des traitements va donc très fortement accroitre par effet purement mécanique la différence de contamination entre gays et hétéros, et cela n'a rien à voir avec un quelconque échec de la prévention, et tout à voir avec les mathématiques . les hétéros pourraient même ne plus se protéger du tout que la part des homosexuels continuerait de croitre !

Cette évolution divergente est donc inscrite dans l'avenir et à l'évidence, il s'agira dans quelques dizaines de mois d'un phénomène de plus en plus visible. Les agents de la prévention seront automatiquement conduits à expliquer que la différence ne viendra pas d'une irresponsabilité des gays, mais de l'effet préventif total des traitements, trop longtemps cachés.

L'accroissement de la part des gays dans l'épidémie me semble une bonne chose pour mettre en place les nouvelles prévention basées sur le dépistage automatique , car là où la capote a échoué, ce dépistage ne peut que réussir.

La gravité d'une maladie ne se mesure pas au nombre des malades mais à ses conséquences sur la vie de chacun. la prévention actuelle , criminalisante, et castratrice , est une calamité qui n'a plus lieu d'être et dérègle la sexualité et le bien vivre de tous. La prévention abandonnée aux mains de sérophobes motivés a fait son temps.

Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: OFSP: "les efforts de prévention ont échoué". Les Tessinois relayent. Les Romands et les Alémaniques silencieux..

TrackBack URL pour cette note: http://sidablog.ch/cgi-bin/mt6/mt-tb.cgi/166.



© 2008-2020 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum