contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

6 janvier 2010 

Taux de mortalité des enfants séropositifs 30 fois supérieur

max_2444-0.jpgAux Etats-Unis, le taux de mortalité des enfants infectés par le VIH 30 fois plus élevé que celui d'enfants « sans VIH ». Analyse publiée en ligne dans le Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes, elle précise les limites des effets de la multi-thérapie sur le taux et les causes de décès chez les enfants et les adolescents infectés par le VIH. Réalisée par l'Institut national de la Santé de l'Enfant (NICHD) et l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), l'étude pose la question de traitements adaptés à la croissance de l'enfant et de la prise en charge des conséquences du VIH chez les personnes infectées depuis l'enfance.

Dès le milieu des années 1990, la prescription de multi-thérapies a permis de diviser par 9 les taux de mortalité des enfants avec le VIH. C'est la première conclusion de cette étude à grande échelle et à long terme sur des enfants et des adolescents vivant avec le VIH aux États-Unis. En dépit de cette amélioration, cependant, les jeunes vivant avec le VIH présentent toujours un taux de mortalité plus élevé que le taux de jeunes du même âge qui n'ont pas le VIH.

Peu d'études ont été réalisées sur l'efficacité de la multi-thérapie dans l'amélioration de la survie des enfants avec le VIH. Cette nouvelle étude publiée en ligne précise donc les effets de la multi-thérapie chez les enfants et les adolescents infectés par le VIH. Entre 1993 et 2006, les chercheurs ont suivi 3.553 enfants et adolescents américains infectés par le VIH. Parmi ces enfants, 298 sont morts. Un nombre croissant d'enfants vivant avec le VIH ont reçu une thérapie antirétrovirale hautement active entre 1994 et 2000, et les taux de mortalité ont diminué durant cette période.

Une amélioration spectaculaire de la survie constaté : ainsi en 1994, le taux de mortalité des enfants et des jeunes de moins de 21 ans infectés par le VIH, aux Etats-Unis, était de 7,2 décès pour 100 personnes-années (taux basé sur le nombre d'enfants de l'étude et le nombre total d'années de suivi de chaque enfant). En 2000, ce taux avait chuté à 0,8 décès pour 100 années-personnes et est resté stable jusqu'en 2006. Enfin, l'âge moyen du décès des jeunes infectés par le VIH a plus que doublé, passant de 8,9 ans en 1994 à 18,2 années en 2006. La défaillance de plusieurs organes et les maladies rénales sont désormais les principales causes de décès chez les enfants et les adolescents infectés par le VIH.

« Pour maintenir ces enfants en bonne santé, nous devons apprendre davantage sur la façon dont le VIH et les médicaments anti-VIH affectent leur corps en pleine croissance », a déclaré Alan Guttmacher, MD, directeur par intérim du NICHD. « Nous sommes confrontés au défi de traiter efficacement les conséquences de l'infection à long terme du VIH chez les personnes qui ont été infectées depuis l'enfance», a conclu le directeur du NIAID, Anthony S. Fauci.


Source de l'info : http://www.nichd.nih.gov/ , http://www.santelog.com


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Taux de mortalité des enfants séropositifs 30 fois supérieur.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/276.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum