contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

19 juillet 2010 

"Rights here, right now" - Des droits, ici et tout de suite

pastilleVienne2.jpg

Le ton est donné, pour une 18e Conférence mondiale sida, pleine de promesses et d'engagements.

« Rights here, right now », le mot d'ordre de la 18e Conférence mondiale sida, reflète bien l'ambiance de la cérémonie d'ouverture : d'une part, « rights here » montre la place que les droits humains ont dans la lutte contre le sida, d'autre part « right now » insiste sur l'urgence de la situation et de l'action qui nécessite d'être menée immédiatement. D'ailleurs, le lancement des festivités s'est fait avec la manifestation, à l'extérieur de la conférence, des activistes pour un engagement renouvelé en faveur du financement du Fond Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Minutes après minutes, le cortège de manifestant s'est étoffé pour finalement investir les couloirs de la conférence jusqu'à la grande scène où se déroulera, quelques instants plus tard, la session inaugurale de cette conférence.

vienne2010_manif.jpgC'est donc dans un climat « agréable » et plutôt militant que débute cette semaine de rencontres et d'échanges pour que la lutte contre le sida évolue face à ses nouveaux enjeux.

Les intervenants, représentants des personnes concernées, des institutions internationales, du monde médical, ou encore politique, ont tour à tour livré leur vision de ces enjeux. Parmi ceux-ci, retenons la situation de l'Europe de l'Est où il est urgent de reconnaître la menace que représente le VIH, ainsi que le rôle des personnes concernées (séropositives, injecteurs de drogues, travailleurs/euses du sexe) notamment dans une mobilisation contre la corruption et pour la défense de leurs droits. C'est en effet dans cette région que le VIH se développe aujourd'hui le plus rapidement. A titre d'exemple, la Déclaration de Vienne initiée lors de cette conférence vise à faire reconnaître l'inefficacité de la lutte actuelle contre les drogues qui criminalise les injecteurs et leur empêche d'accéder aux soins et aux traitements. Cette déclaration insiste sur la nécessité de réformer les politiques en la matière en la transformant en une politique plus pragmatique qui tiendrait compte de l'expérience de la réduction des risques, et de l'expérience des personnes concernées.

Toujours en matière de droits, à plusieurs reprises le respect des droits humains est posé comme une condition préalable à la réalisation des objectifs des Nations Unies, comme l'éradication de l'épidémie. Un énorme chantier s'ouvre dans la lutte contre le sida, par exemple en terme de droits des gays, quand dans 80 pays demeurent encore des lois homophobes ; que l'égalité pour les femmes et les filles est encore loin d'être réalisée ; que l'accès au traitement n'est pas encore universel, avec dans le monde, sur 2 personnes qui accèdent à un traitement, 5 qui sont nouvellement infectées. A noter aussi que la violation des droits des minorités conduit à l'absence de données notamment épidémiologiques dans ces mêmes groupes. Ou encore que la diffusion des génériques demeurent largement insuffisante et ce pour des questions de propriété intellectuelle, celle-ci appartenant aux grands groupes de l'industrie pharmaceutique.

Les questions de traitements ne sont pas en reste dans ce qui nous attend lors de cette conférence. Nous y entendrons parler de « Traitement 2.0 », ou traitement intégré comme outil de prévention afin de permettre de rapidement enrayer l'épidémie. Il y a aussi les stratégies pour mieux contrôler le développement du virus dans le corps avec des connaissances supplémentaires sur les réservoirs du virus dans l'organisme et comment dans l'avenir mieux le prendre en compte.

Pour conclure cette première soirée à Vienne, retenons peut-être deux choses. La première, que nous sommes aujourd'hui en droit d'espérer, dans un avenir plus ou moins proche, arrêter cette épidémie. La deuxième, il faut pour cela agir vite et investir. Ce message s'adresse aux membres du G8 qui pour la première fois démissionnent de leurs responsabilités dans le financement notamment du Fond Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, mais aussi aux décideurs locaux et régionaux, comme cela est le cas à l'Est et en particulier en Russie. Preuve en est, le nombre de personnes sous traitements a beaucoup augmenté ces dernières années grâce au financement du Fond Mondial, ce qui n'aurait pas été possible autrement. Il faut néanmoins rechercher de nouvelles sources de financement comme le développement d'une taxe internationale sur les flux financiers, appelée taxe Robin des Bois.

Now make it happen !

Sabrina Roduit, Nicolas Charpentier


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: "Rights here, right now" - Des droits, ici et tout de suite .

TrackBack URL pour cette note: http://sidablog.ch/cgi-bin/mt6/mt-tb.cgi/437.



© 2008-2020 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum