contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

15 septembre 2010 

Invirase, rosiglitazone: une agence française recommande

afssaps_logo[1].gif(information reprise du Seronet.info) Ces dernières semaines, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) a publié deux avis concernant des médicaments. L'un concerne l'Invirase qui est contre indiqué en cas d'arythmie cardiaque ou chez les personnes pour lesquelles les conditions y prédisposent. L'autre concerne la rosiglitazone, utilisée dans le diabète (type 2) et étudiée aussi depuis longtemps comme frein aux lipoatrophies et pouvant potentiellement être utilisée ou proposée comme voie de récupération de graisse des membres, qui ne doit pas être utilisée en cas d'insuffisance, problèmes ou risque cardiaque. Explications

Invirase (antiprotéase, saquinavir) contre indiqué en cas d'arythmie cardiaque

Le laboratoire Roche, en accord avec l'Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) et l'EMA (Agence européenne du médicament) ont décidé de modifier les recommandations concernant Invirase (antiprotéase, saquinavir) qui est "contre-indiqué chez les patients ayant un allongement congénital ou acquis de l'espace QT (unité de mesures de mécanismes du coeur mesurées lors d'un électrocardiogramme), ou d'autres conditions prédisposant aux arythmies cardiaques, y compris un traitement concomitant par d'autres médicaments prolongeant l'espace QT et/ou PR (unité de mesures de mécanismes du coeur mesurées lors d'un électrocardiogramme); l'association d'Invirase avec d'autres médicaments connus pour augmenter la concentration plasmatique du saquinavir n'est pas recommandée et doit être évitée lorsqu'il existe des options alternatives; Invirase doit être arrêté en cas d'arythmie, d'allongement des espace QT et/ou PR. "En conséquence écrit l'Afssaps : la "dose recommandée d'Invirase ne doit pas être dépassée car l'allongement des espaces QT et PR peut augmenter avec des concentrations plasmatiques (sanguines) croissantes de saquinavir", "un contrôle des électrocardiogrammes doit être envisagé, avant l'instauration du traitement et pendant le suivi, notamment chez les patients prenant également des médicaments connus pour augmenter la concentration plasmatique du saquinavir, ou pouvant développer pendant le traitement des facteurs de risque d'allongement de l'espace QT ou PR", "Les patients doivent être avertis du risque arythmogène, et du fait qu'ils doivent signaler à leur médecin tout signe d'arythmie cardiaque (palpitations, malaise, syncope)."

Rosiglitazone et risque cardiovasculaire

Suite à l'évaluation des données récentes sur le risque cardiovasculaire des médicaments à base de glitazone, le comité scientifique de l'EMA (Agence européenne du médicament) a estimé qu'il était nécessaire de procéder à des compléments d'analyse avant de rendre ses conclusions. Dans ce contexte, l'Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) rappelle les restrictions d'indication de la rosiglitazone (Avandia et Avandamet) émises en janvier 2008 selon lesquelles les patients atteints de maladies ischémiques (diminution de l'apport en sang dans un organe) ou de pathologies artérielles périphériques traités par rosiglitazone étant plus à risque de présenter des effets indésirables cardiaques ischémiques, il est recommandé de ne pas leur prescrire de rosiglitazone. En outre, l'insuffisance cardiaque constitue une contre-indication formelle à la prescription des glitazones.

Plus d'infos sur http://www.afssaps.fr/
Cette actualité a été reprise du site Seronet.info


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Invirase, rosiglitazone: une agence française recommande .

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/498.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum