contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

27 juillet 2011 

Algérie: Confrontés à une rupture d'antirétroviraux, des malades réagissent

Source: El Moudjahid (Algérie)

Confrontés a des ruptures régulières des antirétroviraux au niveau de la pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) d'Oran, Des patients atteints du VIH/sida ont observé un sit-in jeudi devant le siège de l'Observatoire régional de la santé de cette ville. Le Pr Abdelaziz Tadjeddine, président de l'association de protection contre le sida (APCS) qui a participé a cette action de protestation qualifie cette situation "d'inacceptable". Il suffit qu'un seul médicament vienne à manquer et c'est tout le traitement qui se trouvé faussé puisque dans le cas de cette maladie il s'agit d'une trithérapie.

Le ministère en charge de la Santé publique avait un certain moment envisagé l'installation d'un conseil national de lutte contre le sida qui regrouperait différentes institutions publiques, des intervenants privés et même des représentants de la société civile.

Ce conseil, s'il venait à être installé pourrait tirer, à temps, la sonnette d'alarme en cas de dysfonctionnement dans la chaîne d'approvisionnement des médicaments. Il faut souligner que le problème de la rupture de stock se pose régulièrement depuis de nombreuses années, la presse se faisant souvent l'écho de déclarations inquiétantes de présidents d'association sur cette pénurie.

«L'Etat a investi de gros moyens financiers pour la prise en charge des personnes atteintes du VIH/sida, mais nous ne comprenons pas pourquoi il y a toujours des ruptures successives d'antirétroviraux à la PCH d'Oran», a déclaré aux journalistes le Pr Abdelaziz Tadjeddine ce jeudi.


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Algérie: Confrontés à une rupture d'antirétroviraux, des malades réagissent.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/773.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum