contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

2 août 2011 

Introduction d'un règlement sur le VIH/sida à la place de travail chez Johnson & Johnson

Logo de Johnson & Johnson

Johnson & Johnson Suisse adopte des lignes directrices en matière de VIH sur le lieu de travail. L'entreprise a élaboré en effet un règlement dans ce sens en collaboration avec l'Aide Suisse contre le Sida. Celui-ci entre en vigueur immédiatement et il s'applique aux quelque 3600 collaborateurs de l'entreprise en Suisse.

Un règlement sur le VIH/sida à la place de travail est un instrument important pour lutter contre la discrimination des personnes séropositives en milieu professionnel. Avec Johnson & Johnson, c'est un nouvel employeur de taille en Suisse qui vient de mettre au point et d'introduire de telles lignes directrices, en collaboration avec l'Aide Suisse contre le Sida. En adoptant cette mesure, Johnson & Johnson protège efficacement de la discrimination ses quelque 3600 collaborateurs et s'investit en faveur des personnes atteintes d'une maladie chronique.

«La décision de Johnson & Johnson nous fait très plaisir, déclare Daniel Bruttin, directeur de l'Aide Suisse contre le Sida. L'entreprise montre ainsi clairement que la discrimination des personnes séropositives n'est pas tolérée. » Carine Brouillon, directrice de Janssen, la division pharmaceutique de Johnson & Johnson, ajoute : «Pour une entreprise comme la nôtre qui agit de manière responsable au plan social, il était tout naturel de vouloir renforcer chez nous aussi la sensibilisation à cet enjeu majeur».

Grâce aux traitements nettement améliorés au cours des dernières années, 70 pour cent des personnes séropositives travaillent à l'heure actuelle. Deux tiers des séropositifs exerçant une activité lucrative occupent un poste à plein temps. Toutefois, on est encore loin d'une normalisation : licenciements abusifs, harcèlement par des supérieurs ou des collègues, absence de prestations d'assurances et violations de la protection des données sont à l'ordre du jour dans de nombreuses entreprises. En adoptant des lignes directrices en matière de VIH/sida sur le lieu de travail, une entreprise s'engage par exemple à ne pas demander le statut VIH lors de la procédure d'embauche, à respecter les dispositions relatives à la protection des données et à protéger ses employés d'actes discriminatoires.

Une loi anti-discrimination, telle que la connaissent de nombreux pays européens, représenterait une autre étape décisive dans la protection contre la discrimination. « Nous constatons sans cesse que la situation juridique en Suisse empêche des personnes séropositives de faire valoir leurs droits, déclare Caroline Suter, juriste à l'Aide Suisse contre le Sida. Le renversement du fardeau de la preuve, autrement dit l'exigence faite à l'employeur de prouver qu'il n'a pas agi de manière abusive, constituerait un progrès important. »

www.workpositive.ch

Guide pour la conception d'un règlement sur le VIH / sida à la place de travail

Règlement modèle pour la protection contre les discriminations à la place du travail


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Introduction d'un règlement sur le VIH/sida à la place de travail chez Johnson & Johnson .

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/769.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum