contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

17 septembre 2011 

Un «appel international» contre la répression des homos au Cameroun

Alice_petition_large

Alice N'Kom est l'une des seules avocates au Cameroun à défendre les personnes emprisonnées pour avoir «commis le crime» d'être homosexuelles.

Ces deux dernières semaines, des hommes homosexuels ont été arrêtés à leur domicile ou dans des lieux publics et jetés en prison au seul motif de leur orientation sexuelle. La situation atteint un point critique, et Alice a informés de nombreux médias qu'elle et ses collègues étaient prêts à rencontrer le président afin d'exiger la libération des personnes arrêtées ainsi que l'abolition des lois criminalisant les personnes homosexuelles. Mais pour cela, elle a besoin du soutien de personnes du monde entier :

« Je dois montrer au président du Cameroun que le monde est derrière moi. »

Signez l'appel hébergé par le site All Out, et demandez à votre entourage de faire de même. Alice et ses collègues ont le courage d'élever leur voix; prenez quelques minutes pour leur donner plus de poids en y joignant la vôtre.

Plus d'informations sur le site de Têtu...

La lettre d'Alice

Mes ami-e-s,

Je m'appelle Alice N'Kom, et ici au Cameroun, je suis une des rares avocates à prendre la défense des Camerounais qui sont condamnés simplement parce qu'ils sont gays.

Ces deux dernières semaines, la violence et la répression à l'encontre des personnes gays ont explosé et la situation atteint un point critique. Le président du Cameroun peut mettre un terme à cette répression, et nous avons décidé de l'interpeller.

J'assiste, impuissante, à une véritable chasse aux homosexuels orchestrée par la police - plus de 10 personnes viennent d'être arrêtées pour délit d'« homosexualité ». Jean-Claude, l'un d'entre eux, est condamné à 3 ans de prison seulement parce qu'il a envoyé un SMS pour déclarer son amour à un autre garçon. Et je reçois de nombreux témoignages de violences homophobes partout dans le pays. J'ai 66 ans, et depuis dix ans je défends les droits des personnes lesbiennes, gays, bi et trans au Cameroun : et je n'ai jamais vu une situation aussi grave.

Celui qui peut mettre un terme à tout ça, c'est le Président Paul Biya. Il est le seul qui peut arrêter ce cercle infernal d'arrestations et de violences homophobes, demander la libération immédiate des personnes toujours en prison et mettre un terme aux lois qui font de l'homosexualité un crime au Cameroun.

Le temps presse. Je m'apprête à aller, avec mes collègues, à la capitale du pays Yaoundé pour remettre un appel international directement au bureau du président. Ajoutez votre signature à notre appel international dès maintenant : il ne pourra pas ignorer un appel venu des quatre coins du monde.

Je compte sur vous.

Maître Alice N'Kom, avocate camerounaise

pour Adefho, Association pour la défense des droits des homosexuel(le)s au Cameroun
et Alternatives-Cameroun


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Un «appel international» contre la répression des homos au Cameroun.

TrackBack URL pour cette note: http://sidablog.ch/cgi-bin/mt6/mt-tb.cgi/802.



© 2008-2020 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum