contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

7 novembre 2011 

Nouvelles données de l'épidémie, ou, la lutte contre le sida chirurgicale et politique!

par Nicolas Charpentier

20110930_graphique1.gifLes statistiques trimestrielles du VIH au 30 septembre 2011 données par l'OFSP confirment la tendance à la baisse des infections VIH en Suisse. Le virage engagé par la meilleure prise en charge possible des personnes séropositives semblent confirmer l'impact de la trithérapie pour réduire les infections dans la population aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Un dépistage le plus ciblé possible et un accompagnement vers la meilleure prise en charge possible améliore de tout évidence la santé d'une population dans son ensemble, même quand l'épidémie est aussi concentrée comme c'est le cas pour le VIH.

Des différences régionales par toujours faciles à lire.

20110930_graphique2.gifLes centres urbains sont plus touchés, Zurich en tête, mais force est de constater qu'une lecture groupée de l'épidémie sur le canton de de Vaud et de Genève réunis montre un niveau d'infection quasiment identique à celle sur Zurich (1.19/1000 Vs 1.25/1000). Mais malgré tout avec certaines différences.

Des différences dans les groupes les plus concernés par l'épidémie de VIH?

Les hommes qui ont des relations sexuelles avec d'autres hommes- HSH (homosexuels, bisexuels mais aussi les hétérosexuels qui ont des relations sexuelles avec d'autres hommes) sont toujours très concernés par le VIH, même si les infections baissent, et deux grands pôles se distinguent: Genève et Vaud d'un côté, Zurich de l'autre. Un investissement égal dans ces deux pôles doit donc être réalisé pour toujours mieux lutter contre l'épidémie chez les HSH. Avec le bémol qu'une action est toujours plus difficile à coordonner entre cantons qu'au sein d'une seule et même entité territoriale ! Il serait souhaitable qu'un investissement supplémentaire soit mis en œuvre pour déployer des activités cohérentes sur l'arc Genève - Vaud, voir sur la Suisse Romande.

Parent pauvre de l'épidémiologie actuelle, nous ne bénéficions pas de données nationales sur l'épidémie de VIH chez les transsexuelles. Il devrait être intégré au système de déclaration actuel la possibilité de déclarer sa transsexualité.

Ensuite les personnes migrantes originaires d'Afrique subsaharienne, où l'épidémie est forte, sont aussi plus concernées par le VIH en Suisse. En revanche, la majorité d'entre elles qui découvrent leur séropositivité en 2011, résident en Suisse Romande. L'accès à la santé des étrangers et de surcroît, celles et ceux qui n'ont pas de statut légal en Suisse, est un vrai enjeu tant de santé publique que humain. Les cantons romands devront relever ce défi ensemble le plus vite possible.


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Nouvelles données de l'épidémie, ou, la lutte contre le sida chirurgicale et politique!.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/866.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum