contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

20 décembre 2011 

L'alcool favorise les rapports sexuels non protégés

par Deborah Glejser

campagne capote alcool france.jpgLes recherches scientifiques viennent de prouver que la consommation d'alcool, sans prendre en compte les autres risques, augmente les possibilités d'avoir une relation sexuelle non protégée et ainsi le risque de contracter une maladie sexuellement transmissible, rapporte El Mundo.


Si on savait que la prise d'alcool entraîne une désinhibition et une prise de risque plus accrue que lorsque l'on est sobre, rien ne nous permettait de dire qu'elle conduisait à un rapport sexuel non protégé -première cause d'infection du VIH. Un examen de 12 études réalisé par des chercheurs canadiens et américains et publié par Addiction, revue scientifique britannique, met en lumière le lien de causalité entre la consommation d'alcool et l'absence d'intention d'utiliser un préservatif. La prise de 0,1 mg/ml augmente de 5% le risque d'avoir une relation sexuelle non protégée.

Pour l'étude, les scientifiques ont formé deux groupes de jeunes choisis au hasard -l'un buvant, l'autre non- afin de voir si la consommation d'alcool avait une réelle incidence sur la prise de décision quant à l'utilisation du préservatif. Au terme des recherches, il en résulte que ceux qui ont consommé de l'alcool sont plus à même d'engager un acte sexuel non protégé que les autres. En définitive, plus un jeune boit de l'alcool, plus sa volonté de consentir à un rapport sexuel non protégé est forte.

D'autant plus que l'effet observé n'avait rien à voir avec la personnalité du jeune examiné, à savoir s'il était impulsif ou s'il manifestait une attirance pour le danger, et donc qu'en l'espèce l'alcool était la seule cause responsable des rapports sexuels non protégés.

«Nos résultats expliquent en partie pourquoi les nouvelles infections de VIH sont plus ou moins stables dans les pays développés, malgré les informations dont disposent les citoyens», précise Jürgen Rehm, médecin au centre de toxicomanie et santé mentale de Toronto.

Les futures campagnes de prévention contre le VIH devraient utiliser cette étude pour sensibiliser les jeunes, préconise Addiction.


Commentaires

ceci est une importante étude pour les pays en Afrique subsahérienne comme la RDC dont je fais partie des experts en soins de VIH,5% de prévalence,quantité énorme d'alcool à forte concentration qui passe frauduleusement nos frontières,à un prix abordable par tous,à cela ajouté la promiscuité,la pauvreté,la prostitution...

Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: L'alcool favorise les rapports sexuels non protégés.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/902.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum