contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

21 février 2012 

Un élastique pour lutter contre le VIH en Afrique?

Un nouveau moyen de pratiquer la circoncision chez les hommes adultes, sans intervention chirurgicale, a été approuvé par la Food and Drug administration (FDA) en janvier 2012. Si le dispositif recevait l'aval de l'OMS, il pourrait jouer un rôle fondamental dans la lutte contre la transmission du VIH en Afrique.

Le nouveau dispositif, conçu par quatre médecins israéliens en 2009, du nom de PrePex™, est d'une grande simplicité. Il consiste à apposer au bout du pénis un élastique qui a pour effet de couper l'irrigation. Ainsi privé de l'afflux sanguin, le prépuce s'étiole et peut tomber au bout d'une semaine.

Un dispositif simple et économique

Il ne nécessite pas d'environnement stérile, pas d'anesthésie, ni de salle d'opération. Cette intervention peut être réalisée dans n'importe quel environnement propre. La méthode ne provoque pas de saignement, est peu douloureuse et nécessite uniquement l'application d'une crème anesthésiante. En outre, elle représente un coût modeste et ne requiert aucun personnel hautement qualifié, une simple formation étant suffisante. Alors que les techniques existantes de circoncision masculines exigent un personnel médical hautement qualifié et des installations chirurgicales, ce qui en font des moyens difficiles à mettre en place à grande échelle.

En Afrique, où les infrastructures médicales et le personnel qualifié manquent, ce nouveau dispositif pourrait permettre de généraliser la circoncision. Il a d'ailleurs fait l'objet d'une expérimentation au Rwanda : PrePex™ pourrait permettre de pratiquer 400 circoncisions par jour, contre seulement 60 à 80 grâce à la méthode chirurgicale classique.

La circoncision, une des armes contre le VIH

L'OMS a établi il y a plusieurs années déjà le rôle que jouait la circoncision dans la prévention du sida. Des études ont montré qu'elle réduit de 60 % le risque de transmission hétérosexuelle, de l'homme à la femme, du VIH. Le prépuce contient en effet de nombreuses cellules dendritiques, particulièrement sensibles au virus. Mais la circoncision n'est bien entendu qu'un élément parmi d'autres pour lutter contre la transmission du virus, et ne permet en aucun cas de s'en prémunir à elle seule. L'usage du préservatif reste le moyen de prévention de référence.

L'Afrique veut circoncire 20 millions d'hommes d'ici 2015. Seulement 600 000 homme ont au jour d'aujourd'hui subi l'opération. PrePex™ est pour le moment en cours d'évaluation par l'OMS.


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Un élastique pour lutter contre le VIH en Afrique?.

TrackBack URL pour cette note: http://sidablog.ch/cgi-bin/mt6/mt-tb.cgi/958.



© 2008-2018 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum