contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

27 mars 2012 

Vulnérabilité, les facteurs qui pèsent pour le VIH

geneve2012.jpg













Par Sabrina Roduit

On le sait: le VIH/sida est un révélateur des inégalités vécues par les minorités. Ces inégalités sont souvent renforcées par des facteurs de vulnérabilité qui s'accumulent et qui pèsent sur les personnes les plus touchées par la maladie. La conférence de Genève l'illustre à différents niveaux, tant dans les risques accrus d'être infecté par le VIH, que pour les personnes vivant avec le VIH. Dans les problématiques liées au genre : les femmes sont plus vulnérables au VIH, biologiquement et socialement. Et les femmes séropositives, particulièrement si elles sont en situation de précarité financière et de logement, ou si elles ont un état de santé dégradé, sont plus vulnérables que les hommes par rapport à l'emploi. Dans nos sociétés hétéro-normées, les minorités sexuelles sont touchées de plein fouet, surtout lorsque le droit leur interdit de le vivre en plein jour. En Afrique, les populations mobiles sur les grands axes routiers (travailleuses du sexe, camionneurs, commerçants et jeunes indépendants) sont les groupes identifiés comme les plus vulnérables, avec un vrai problème de suivi et de continuité dans les soins. Dans les situations de migration, les guerres civiles, l'insécurité, la précarité, sont autant de facteurs qui rendent la prise en charge d'autant plus difficile. Ici et là, des solutions s'esquissent, pour s'adapter au plus près aux besoins des gens qui se trouvent plus "à la marge", en portant une attention particulière à réduire, autant que possible, l'impact de ces multiples facteurs de vulnérabilité sur leurs vies.


Commentaires

ZABSONRE INOUSSA
27 mars 2012 21h50

ce thème sur la vulnérabilité est juste et vient nous rappeler des difficultés actuelles que vivent nos programmes nationaux de lutte contre le VIH. Je veux particulièrement relever les cas des pays africains. Dans nos pays, les programmes de lutte contre cette infections ont été entièrement remis dans les mains des bailleurs étrangers. les états ont faiblement participé dans la prise en charge effective de leurs patients. Avec les difficultés actuelles du Fond Mondial entre autres , les patients de ces patients vivent des situations précaires qui si rien n'est fait, seront désastreuse à court et moyen terme. Les réductions budgétaires ne devront jamais s'appliquer au domaine de la "vie". , de la santé et de la survie même de certains peuples. J'en appelle au sursaut des "pays riches et surtout des gouvernant africains sur cette situation. les pays africains devront véritablement s'engager pour la santé de leur population en accordant des budget conséquent aux maladies telles que le SIDA. Il faudrait que tous et toutes nous nous engageons dans dans ce plaidoyer et ce rappel des gouvernement africains sur cette nécessite d'accorder plus de ressources pour la lutte contre le sida et ne plus autant compter sur les pays riches. C'est ce véritable engagement qui pourrait pérenniser les programmes nationaux.
Merci et à très bientôt.

Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Vulnérabilité, les facteurs qui pèsent pour le VIH.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/995.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum