contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

23 mai 2012 

Conférence ISHEID de Marseille: la PrEP en sujet brûlant

par Miguel Limpo

ISHEID - International Symposium HIV & Emerging Infectious DiseasesLa Conférence Internationale sur le VIH et les Maladies Infectieuses Émergentes (ISHEID) s'est ouverte hier matin à Marseille. Cette année l'édition est centrée sur les différentes stratégies qui sont actuellement à l'étude pour éradiquer le VIH et pour guérir les patients séropositifs. Le Groupe sida Genève y est présent.

La contribution la plus intéressante de la journée a été celle du canadien Mark Wainberg, qui a passé en revue les enjeux et questionnements concernant le traitement pré-exposition (PrEP). Manifestement en faveur de l'inclusion de la PrEP dans les stratégies de prévention du VIH, le Dr Wainberg a toutefois souligné les contrastes de résultats de recherche, deux études sur les cinq déjà menées dans le monde n'ayant pas été concluantes, les trois autres ayant montré un effet protecteur modéré à significatif. Il a également souligné l'impact crucial de l'adhérence au traitement, évidemment étroitement liée à l'efficacité de la stratégie. En ce sens, le Dr Wainberg a relevé que les couples sérodifférents étaient ceux parmi lesquels les résultats d'efficacité ont été les plus significatifs, en corrélation avec le plus haut degré d'adhérence au traitement. « Les couples sérodifférents sont confrontés au dilemme de vouloir éviter une contamination tout en préservant leur relation: la PrEP peut être vue comme la solution pour eux et de ce fait leur motivation à s'y conformer plus élevée que dans d'autre groupes ciblés par les études, surtout sur le long terme. »

Rappelant qu'il est capital d'exclure une primo-infection avant de commencer une PrEP afin d'éviter les résistances aux traitements chez le patient (dans le cas de l'étude Iprex, les deux patients qui étaient déjà infectés au moment où ils ont été intégrés à l'essai ont développé une résistance), le Dr Wainberg en a mis en évidence la difficulté dans la pratique, en particulier dans les pays du Sud, où l'accès à un dépistage mensuel et à des tests de dépistage à résultat rapide de dernière génération n'est pas réaliste à l'heure actuelle.
A la question de la toxicité de la prise d'une PrEP sur le long terme pour une personne en bonne santé, le Dr Wainberg a admis que, si les essais avaient montré des effets secondaires peu dommageables, cette toxicité n'était pour l'heure pas connue au-delà de trois années d'utilisation, ni chez tous les types de patients (adolescents, femmes enceintes). Il s'est montré de ce fait très en faveur de l'étude Ipergay, qui devrait permettre de dégager des données également sur la toxicité de la PrEP. Il a également exprimé son intérêt pour la PrEP intermittente (prise uniquement en prévision d'un rapport sexuel), qui serait une stratégie plus facile à appliquer dans la pratique, avec une meilleure adhérence au traitement et pour un coût moindre.

Demain, une session originale aura lieu: trois débat « pour ou contre » entre deux contradicteurs chacun, sur trois sujets brûlants. On y retrouvera le Dr Wainberg qui plaidera en faveur de la PrEP face au Dr Mark Nelson qui en soulignera les dangers. Les deux autres débats porteront sur les troubles neurocognitifs liés au VIH et sur l'éradication du VIH.


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Conférence ISHEID de Marseille: la PrEP en sujet brûlant.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/1051.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum