contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

25 juillet 2012 

Laurent Fabius sape les ambitions du Président de la République

washington3_cplus.jpg

"Sida et taxe sur les transactions financières : Laurent Fabius sape les ambitions du Président de la République". L'association nationale française AIDES vient de réagir vivement à la déclaration du ministre des Finances: seuls 10% des fonds générés par la taxe sur les transactions financières en France seraient affectés aux problématiques de développement, dont la lutte contre le sida.

Le communiqué de presse de AIDES:

AIDES.png




Sida et taxe sur les transactions financières : Laurent Fabius sape les ambitions du Président de la République

Hier à Washington, François Hollande annonçait en grande pompe sa volonté de mettre fin au sida et la mise en place d'une taxe sur les transactions financières (TTF) pour y parvenir. Mais les annonces faites aujourd'hui par Laurent Fabius semblent en total décalage avec les déclarations du Président.

Auditionné ce jour 24 juillet par la Commission des Affaires étrangères, Laurent Fabius a déclaré vouloir n'affecter que 10% de la TTF aux enjeux de développement. "Nous sommes très loin du compte", déclare Bruno Spire, Président de AIDES. "Hollande semblait vouloir se donner les moyens de mettre fin à l'épidémie, mais Fabius est venu doucher les espoirs des malades" regrette-t-il.

10% de cette taxe, ce sont à peine 100 millions pour les urgences mondiales. Soit 1% de l'aide française annuelle au développement. "Ce n'est pas avec 1% d'augmentation que nous parviendrons à en finir avec le sida. On attendait des actes forts après les déclarations volontaristes de François Hollande, et c'est un pourboire que Laurent Fabius propose de laisser aux malades", constate Stéphane Simonpietri, directeur des programmes internationaux.

AIDES appelle le gouvernement à aller au delà du symbole, en faisant de cette taxe une véritable arme au service de la lutte contre le sida et des grandes urgences mondiales. "On ne vaincra pas le sida avec un pistolet à bouchon", conclut Bruno Spire. "Plus de 7 millions de personnes ont un besoin urgent de traitement pour survivre. C'est d'abord à cela que la taxe doit servir".



Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Laurent Fabius sape les ambitions du Président de la République.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/1125.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum