contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

6 novembre 2012 

Le traitement précoce des femmes enceintes est plus efficace

Source: Top Actus

Most women who are HIV-positive are identified before or during pregnancy. This means good news, for they can take the entire preventive steps during pregnancy, birth and after birth, to prevent the virus being transmitted to their baby. Une étude de chercheurs de l'Inserm vient de montrer que 82 % des femmes enceintes séropositives qui avaient commencé leur traitement 6 mois avant l'accouchement présentaient une charge virale indétectable au moment de la naissance de leur enfant limitant ainsi au maximum le risque de transmission du virus. Les conclusions de cette étude montrent que plus le traitement est précoce, plus les risques de transmettre le sida sont limités.

Dans les pays industrialisés, le risque de transmission du virus du VIH/sida de la mère à l'enfant au moment de la naissance, a beaucoup baissé puisqu'il est passé de 20 % en 1994 à moins de 1 % aujourd'hui. Ces progrès sont principalement liés à l'amélioration des traitements qui permettent actuellement de réduire la quantité de virus dans l'organisme au point de les rendre indétectables. Lorsque la mère présente au moment de l'accouchement une charge virale indétectable, le risque de transmission du virus à son enfant est très faible.

Si les femmes traitées avant le début de leur grossesse atteignent habituellement l'objectif de charge virale indétectable, ce n'est pas toujours le cas des femmes qui découvrent leur séropositivité une fois enceinte.

Les chercheurs ont cherché à comprendre si les femmes enceintes qui débutaient leur traitement tardivement y répondaient aussi bien que celles qui n'étaient pas enceintes, mais aussi voir si elles parvenaient à atteindre l'objectif de charge virale indétectable à l'accouchement.

Pour répondre à ces questions, les auteurs de cette étude « ont analysé les données de trois cohortes de personnes séropositives coordonnées par l'Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virale ». 779 d'entre elles entamaient leur traitement pendant la grossesse, et 113 le débutaient à la même période sans être enceintes.

Les résultats permettent de mettre en évidence que les femmes qui ne sont pas enceintes et celles qui sont enceintes répondent aussi bien les unes que les autres au traitement. Par contre, il apparaît qu'1/3 de ces dernières ont une charge virale détectable. La durée de traitement a cependant son importance : 82 % des femmes qui avaient pris 6 mois de traitement étaient sous le seuil de charge virale indétectable, en effet alors que seulement 62 % des femmes qui avaient pris 3 mois de traitement atteignaient ce seuil.

Laurence Meyer et Josiane Warszawski, coauteures de ces travaux expliquent : « Cette étude est rassurante car elle montre que la grossesse n'est pas un frein à l'efficacité des traitements. Elle incite néanmoins à une prise en charge plus rapide des femmes séropositives au moment de la grossesse »

Des études ont montré qu'un traitement qui débute avant la grossesse réduit de façon conséquente le risque de transmission du virus mère-enfant. Mais pour cela, comme le font remarquer les chercheuses, il faut améliorer le dépistage du sida sur la population générale.


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Le traitement précoce des femmes enceintes est plus efficace.

TrackBack URL pour cette note: http://sidablog.ch/cgi-bin/mt6/mt-tb.cgi/1194.



© 2008-2020 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum