contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

30 janvier 2013 

Vaccins thérapeutiques contre le VIH: méfiez-vous des effets d'annonce!

(texte provenant du dernier numéro de Remaides)

C'est un des grands classiques du 1er décembre: les annonces miracle qui suscitent de faux espoirs chez les personnes vivant avec le VIH. En 2012, c'est une firme française qui, confondant finances et découverte scientifique, en a fait trop sur un vaccin thérapeutique. Les médias ont embrayé.

Un article du "Parisien" annonçait le 30 novembre 2012 l'espoir d'un remède contre le VIH. C'est, en fait, un coup médiatique reposant sur bien peu de choses, un des
grands classiques du 1er décembre. Jointe le matin-même par AIDES, la firme Innavirvax, basée au génopole d'Evry en région parisienne, n'avait pas souhaité commenter l'article du "Parisien", mais soulignait qu'il n'avait jamais été question qu'un nouvel essai InnaVirVAx sur 100 personnes démarre en janvier 2013. Certes, un essai de phase II est envisagé pour 2013, mais son design n'est pas encore finalisé et il n'est pas encore
approuvé par les autorités de santé française. Pour faire bref, ce candidat- vaccin, dont Seronet avait parlé en mars dernier n'est pas conçu comme une alternative aux trithérapies, mais comme un complément. Il est censé contribuer à protéger les CD4 de
l'inflammation chronique liée à la présence du VIH.

Les résultats sur la première étape du développement, menée chez 24 personnes, devraient être rendus publics début mars 2013 à la CROI, le plus important congrès scientifique sur le VIH.

Ces résultats comporteront plusieurs informations :
- La sécurité: avec les toutes premières données, sur un tout petit nombre de personnes, qu'il faudra affiner dans les études ultérieures ;
- L'immunogénicité: il s'agira de voir si avec les doses vaccinales utilisées, on parvient à provoquer la création des réponses immunitaires attendues par l'équipe de chercheurs.
En revanche, il est impossible d'avoir, à ce stade, des données d'efficacité fiables, à savoir si les réponses immunitaires éventuellement produites, ont le moindre effet bénéfique pour la santé des personnes.

Et on peut regretter que l'équipe de chercheurs de l'essai InnaVirVax ait si peu insisté sur ce point lors des nombreuses interviews données à la presse et aux télés. Rien que le matin même de l'annonce, plusieurs personnes avaient déjà appelé la firme pour participer à l'essai. Il est dommage et malhonnête de susciter ainsi de faux espoirs. Faut-il y voir un lien avec les levées de fonds régulières auxquelles procède la firme (3,7 millions d'euros avaient été annoncés en février 2012) ? En tout cas, le choix de communiquer fort opportunément, lors de l'emballement médiatique du 1er décembre, exposait fortement à ce type de dérapage.


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Vaccins thérapeutiques contre le VIH: méfiez-vous des effets d'annonce!.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/1247.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum