contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

1 mars 2013 

Bertran Auvert: "Pour les gays, la circoncision n'est pas une solution contre le VIH"

Source: Têtu

File:Covenant of Abraham.JPGLes hommes circoncis auraient moins de risques d'être contaminés par le VIH. Oui, mais pas dans le cas de pratiques homosexuelles, rappelle l'épidémiologiste Bertran Auvert.

Et si on demandait aux gays de se faire circoncire pour réduire la transmission du VIH ? Didier Raout, médecin marseillais, l'évoquait sur TÊTU.com. «Cela n'aurait pas de sens», rétorque Bertran Auvert, épidémiologiste à l'université Versailles-Saint Quentin en Yvelines et spécialiste de la question.

TÊTU.com: Faut-il envisager un plan de circoncision des gays?

Bertran Auvert: Non, aucun élément scientifique ne permet de le recommander. En juin 2010, nous avions 21 études sur le sujet et aucune ne montrait un effet protecteur, face au VIH, de la circoncision chez les gays. Elle ne protège pas davantage de la syphilis et de l'herpès. La circoncision protège un homme hétéro qui a un rapport avec une femme infectée, il a 2,5 fois moins de chance de se contaminer qu'un homme non circoncis. Ce qui a été étudié, ce sont les rapports majoritairement vaginaux. En dehors de ces études, si l'on regarde au Canada et aux Etats-Unis, où la circoncision est fréquente, les homosexuels ont été fortement touchés par le virus du sida.

Vous travaillez sur ce sujet depuis 1988, cette question fait-elle encore débat?
Non. Lors de chaque présentation des résultats d'études, nous avons dit que ces résultats n'étaient pas extrapolables aux homos masculins. Si l'on regarde les résultats en détails, on s'aperçoit qu'il y a une réduction du risque chez les homos circoncis qui sont majoritairement actifs, mais précisons que c'est une légère réduction, en aucun cas une protection équivalente à celle du préservatif. Enfin, ce sont des études d'observation, pas d'intervention, on ne compare pas avec un placebo. Donc, en termes scientifiques, on parle d'arguments et non de preuves.

D'autres études sont-elle en cours sur la circoncision?
Une étude randomisée (un groupe circoncis, un autre qui ne l'est pas, ndlr) est actuellement en cours en Chine, à l'université chinoise de Hong Kong. Nous savons peu de choses, c'est fait de façon discrète. Nous aurons certainement des résultats d'ici deux ans, si l'étude est menée à son terme. Cette équipe a aussi étudié l'acceptabilité de la circoncision, et seuls 30% des gays interrogés se déclarent prêt à se faire circoncire, dans le cas où l'effet préventif serait prouvé.

Pour en savoir plus, lire l'article paru dans La Recherche, en 2005, avec une interview de Bertran Auvert.


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Bertran Auvert: "Pour les gays, la circoncision n'est pas une solution contre le VIH".

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/1270.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum