contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

3 mars 2013 

Se fossi sieropositivo

La Ligue italienne de lutte contre le sida a lancé une nouvelle version des affiches "Si j'étais séropositif..." à l'occasion de la campagne électorale italienne.

Cette campagne est une première en Italie, où la lutte contre le sida et la prise en charge des personnes séropositives n'a jamais rejoint les priorités du gouvernement Berlusconi. "Cela fait des années que les politiques et responsables italiens désertent le champ de la lutte contre le VIH/sida," expliquait déjà Francesca Belli, responsable de l'International, à AIDES, à quelques jours de l'IAS 2011.

"Le bilan de l'action gouvernementale que tirent les associations est extrêmement négatif." 260 millions de moins versés au Fonds mondial en 2009. 30 millions de dollars promis en 2010 puis tombés dans l'oubli. Sans parler de la situation sanitaire du pays. Entre 143 000 et 165 000 personnes séropositives vivraient avec le VIH en Italie. Trois quarts d'entre elles vivraient avec ce virus sans le savoir. Parmi eux : une majorité de personnes très précaires (migrants, usagers de drogues, détenus...) et de nombreux hommes homosexuels ignorés des pouvoirs publics.


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Se fossi sieropositivo.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/1271.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum