contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

5 juillet 2013 

Grèce: l'extrême-droite réintroduit les dépistages forcés du VIH

GreceHIV.jpgLa décision du Ministre de la Santé grec de réintroduire une mesure permettant à la police de faire procéder à des tests du VIH forcés sur des populations jugées à risque a ému l'organisation non gouvernementale Human Rights Watch (HRW).

"Il est profondément inquiétant qu'il n'ait fallu qu'un jour au nouveau ministre de la Santé pour réintroduire une mesure qui viole les droits de l'Homme, stigmatise les groupes à risques, et qui s'est avérée contre-productive pour protéger la santé publique" a déclaré Judith Sunderland, une analyste de HRW spécialisée sur l'Europe occidentale.

"Faire face aux maladies infectieuses telles que le VIH, l'hépatite, ou la tuberculose demande des investissements accrus dans les services de santé publique, pas dans la police" a-t-elle ajouté.

Le nouveau ministre Adonis Georgiadis, qui vient de l'extrême-droite, a été nommé lors du remaniement gouvernemental du 25 juin dernier. Le 26 juin, il a réintroduit une mesure sur la lutte contre la transmission des maladies infectieuses, initialement prise en avril 2012 par le socialiste Andreas Loverdos, puis annulée en avril dernier par son successeur du parti de gauche Dimar.

Infections au VIH en forte augmentation

Durant l'année où elle a été appliquée, cette mesure a permis à la police de procéder à des arrestations de travailleurs du sexe, usagers de drogue et immigrants sans papiers pour procéder à des tests VIH et autres mesures de dépistages de maladies, a souligné HRW.

En mai 2012, Amnesty International avait appelé le gouvernement grec à mettre fin à cette mesure qui stigmatise les travailleuses et travailleurs du sexe.

La prostitution est légale en Grèce à condition qu'elle se pratique dans des établissements spécialisés, qui, en théorie, sont soumis à des règles strictes.

Selon le centre grec pour le contrôle des maladies et la prévention (Keelpno), les infections au VIH sont en forte augmentation en Grèce depuis 2000, et particulièrement depuis le début de la crise.

Dans son rapport 2012, le centre note que la prévalence du VIH a augmenté de 22% entre 2011 et 2012, et de 58% entre 2010 et 2011.

"Au total, 1'180 cas d'infection ont été rapportés en 2012, soit 10,9 cas pour 100'000 habitants, ce qui est le chiffre le plus élevé jamais enregistré dans le système statistique VIH/sida" a estimé HRW.

Source: AFP


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Grèce: l'extrême-droite réintroduit les dépistages forcés du VIH.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/1369.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum