contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

26 novembre 2013 

1er décembre: Stabilisation des infections VIH dans le canton de Genève

Les données préliminaires pour 2012 montrent une stabilisation des infections VIH détectées dans notre canton comme en Suisse. On note cependant un nombre substantiel de personnes qui sont diagnostiquées très tard au cours de l'infection VIH alors qu'ils sont déjà à un stade avancé de la maladie.

Cette année, en Suisse, plus de 600 personnes ont appris leur séropositivité, 200 ont contracté une maladie opportuniste (indiquant l'évolution de l'infection au stade du sida) et environ 50 personnes sont décédées des suites de cette déficience immunitaire. A Genève, ce sont 72 personnes pour lesquelles une infection au VIH a été diagnostiqué dont 8 souffraient d'un sida.

En outre, les autres infections sexuellement transmissibles (IST), telles que la gonorrhée, la syphilis et les infections à chlamidya, continuent à augmenter en Suisse et dans notre canton. Ces infections, VIH compris, sont souvent peu ou pas symptomatiques, ce qui explique en partie leur progression ces dernières années. Pour tenter d'enrayer ce phénomène, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a lancé plusieurs campagnes de sensibilisation centrées sur l'information au(x) partenaire(s) et le rappel des règles du "safer sex". L'OFSP a également révisé ses directives afin d'améliorer la détection précoce du VIH en mettant notamment l'accent sur la détection des primo-infections, une attention particulière portée aux symptômes et pathologies peu évocateurs et une anamnèse sexuelle afin de proposer le test de dépistage du VIH et des autres IST le cas échéant.
La prise en charge médicale des personnes vivant avec le VIH est complexe ; si la simplification des trithérapies est un atout majeur, d'autres défis se sont ajoutés: des maladies non liées au sida sont plus fréquentes, et nécessitent une réponse médicale adéquate et ciblée. En outre, certaines populations vulnérables continuent à rencontrer des difficultés d'accès aux soins.

Pour une Suisse sans VIH/sida

La 26e journée mondiale de lutte contre le sida, qui aura pour thème "Pour une Suisse sans VIH/sida", est l'occasion de rappeler qu'il est primordial de poursuivre les efforts de sensibilisation, de prévention et de dépistage précoce de l'infection. Pour les acteurs genevois de lutte contre le sida, il n'est pas tolérable que des personnes meurent encore du sida ou n'aient pas accès à des traitements antirétroviraux en Suisse.

L'Aide Suisse contre le sida s'est fixé un objectif ambitieux: celui de réduire de moitié le nombre de nouveaux diagnostics VIH et d'autres infections sexuellement transmissibles d'ici 2017. Pour l'atteindre, il est indispensable que monde politique, industrie, soignants,
recherche médicale et société se mobilisent. Sur le terrain, les associations genevoises, au bénéfice de contrats de prestations avec le Département des affaires régionales, de l'économie et de la santé, œuvrent au quotidien pour mener à bien une prévention de proximité auprès des groupes les plus vulnérables, offrir une prise en charge psychosociale adaptée aux personnes vivant avec le virus et sensibiliser le grand public et les institutions aux discriminations qui font obstacle à la lutte contre l'épidémie.

La journée mondiale de lutte contre le VIH/sida à Genève

Le programme complet des manifestations de solidarité et de sensibilisation pour la journée mondiale de lutte contre le sida à Genève et en Suisse romande est disponible sur le site www.1erdecembre.ch


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: 1er décembre: Stabilisation des infections VIH dans le canton de Genève.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/1507.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum