contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

12 novembre 2013 

Un footballeur séropositif licencié obtient justice

Source: 20 minutes

Stade du Letzigrund.JPGEn 2002, le FC Zurich (FCZ) avait licencié sans préavis un joueur infecté par le VIH, aujourd'hui décédé. Le club devra verser 315'000 francs à sa famille.

Le Nigérian, alors âgé de 25 ans, avait été débauché du club sud-coréen Samsung Bluewings, pour renforcer l'attaque du FCZ, avec la promesse d'un contrat de 3 ans. Mais, six semaines après son arrivée, Anthony Joseph Isibor est renvoyé. Motif: les médecins ont découvert qu'il était atteint du VIH lors des tests médicaux.

S'ensuit une longue bataille judiciaire, qui a pris fin au printemps, a fait savoir dimanche la «NZZ am Sonntag». La Haute Cour du canton de Zurich a déclaré le licenciement illégal. Le club est condamné à verser 315'000 francs de dommages et intérêts. Isibor n'avait plus jamais retrouvé d'embauche. Terrassé par la maladie, le footballeur est décédé en juin de cette année. C'est sa famille qui touchera l'argent.

Protéger l'équipe

Après que le test a révélé son infection, Isibor avait refusé de dévoiler sa maladie au reste de l'équipe. La direction a alors estimé que le joueur ne permettait pas à ses coéquipiers de «minimiser le risque d'infection». Interrogé par le journal dominical, l'entraîneur de l'époque, Georges Bregy, se rappelle: «J'aurais voulu l'avoir dans mon équipe, c'était un bon attaquant.» Mais le président Sven Holz, alors aux commandes du club, lui avait fait savoir qu'il ne serait pas engagé.

Bonne décision

Selon le «Tages-Anzeiger», c'est l'actuel dirigeant, Ancillo Canepa, qui devra mettre la main au porte-monnaie. En effet, lors de la reprise du club, le président a aussi hérité des obligations du club, selon les juristes interrogés. Ces derniers n'excluent toutefois pas une solution à l'amiable entre Sven Hotz et Ancillo Canepa.

Quant à la FIFA, elle s'est réjouie de la décision de la Cour. «Cette dernière a estimé qu'une infection au VIH n'est pas une raison valable de licenciement. Nous partageons ce point de vue», a déclaré son médecin-chef, Jiri Dvorak. Pour lui, les risques d'infection sur un terrain sont minimes. «Les joueurs séropositifs, comme les autres, sont priés de quitter le terrain pour se faire soigner.»


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Un footballeur séropositif licencié obtient justice.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/1448.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum