contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

24 avril 2014 

SIDA: Vers une issue heureuse de la lutte contre le sida

Source: Afrique Jet Actualités

Michel Sidibé, directeur exécutif de l'ONUSIDA: «Bâtir sur l'effort de la Société civile » - Le directeur exécutif de l'ONUSIDA, Michel Sidibé, a séjourné à Maurice jusqu'à lundi soir, lorsqu'il s'est rendu aux Seychelles, autre étape de sa visite dans les îles de l'Océan Indien. Il a exprimé à la PANA, son optimisme quant à l'issue heureuse de la lutte contre le VIH avant de prendre l'avion pour Mahé.

M. Sidibé a déclaré qu'il ne pense pas qu'il est encore trop tôt pour dire que l'île Maurice pourrait être parmi les premiers pays à réussir le zéro transmission, le zéro discrimination et le zéro décès lié au VIH. «Maurice n'a qu'environ 10.000 personnes infectées et environ 5.000 sont déjà en traitement. En Afrique du Sud, on met 2,1 millions de personnes sous traitement. Je ne vois pas comment Maurice ne peut pas le faire pour 5.000 autres personnes qui ont besoin de traitement. On n'aura alors plus de décès lié au VIH et aussi une réduction des nouvelles infections», a-t-il dit.

Selon lui, l'île Maurice place sa population au centre des préoccupations et les lois mauriciennes permettent de travailler avec ces gens qui s'injectent de la drogue, tandis que dans d'autres pays, on ne peut les atteindre. « Il n'y a pas de programme d'échanges de seringues, ni de distribution de la Méthadone dans ces pays comparés à Maurice, pour la simple raison que ces personnes sont considérées comme des criminels et elles se cachent », a-t-il ajouté.

S'agissant de la prise en charge des patients du VIH à Maurice, M. Sidibé a estimé qu'il faut surtout bâtir sur l'effort de la Société civile qui a aidé à briser le tabou et faire de sorte que les malades aient une voix à Maurice. «Il faut maintenant utiliser le SIDA comme une porte d'entrée pour traiter les co-infections, de la même manière que Maurice a réussi à éliminer la transmission du SIDA de la mère à l'enfant », a-t-il relevé.

Dans les îles de l'Océan Indien, le directeur exécutif de l'ONUSIDA estime qu'il y a une tendance identique: une hausse des cas d'infection parmi les personnes qui s'injectent de la drogue.

«Madagascar a eu beaucoup de crises politiques et le niveau de pauvreté est assez élevé dans ce pays. Aux Seychelles, il y a une épidémie grandissante parmi les jeunes qui commencent à s'injecter de la drogue. Il faut arriver à contenir cette épidémie avant qu'elle ne grossisse. Aux Comores, l'épidémie est plus hétérosexuelle. Il faut une approche commune dans l'Océan indien et Maurice peut jouer un rôle très important dans cette approche », a-t-il souligné.

Quant aux recherches sur un médicament ou un vaccin pour le VIH/SIDA, M. Sidibé a indiqué que des progrès énormes ont été accomplis avec déjà plus d'une cinquantaine de pays ayant réussi à briser la trajectoire de l'épidémie.

« Autrefois, le médicament coûtait 15.000 dollars américains par personne par an; aujourd'hui, il ne coûte que 80 dollars. Avant, on donnait 18 comprimés par jour aux malades, aujourd'hui, on en donne qu'un seul. Les recherches se poursuivent sur le vaccin mais on n'en est pas encore là. Je ne suis pas du tout pessimiste, je pense que les choses vont s'accélérer dans le futur», a-t-il fait ressortir.

Finalement, M. Sidibé a parlé de «paquet de services » à offrir aux jeunes pour qu'ils ne soient pas infectés. 'Ce «paquet' a-t-il dit, passe par l'éducation sexuelle universelle aux jeunes pour qu'ils puissent négocier leur sexualité, de manière responsable. S'ils n'arrivent pas à s'abstenir ou à être fidèles, au moins ils vont utiliser le préservatif pour se protéger. Je considère que l'un sans l'autre n'a pas de sens », a-t-il conclu.


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: SIDA: Vers une issue heureuse de la lutte contre le sida.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/1548.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum