contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

24 juin 2014 

Traitements contre le VIH/Sida : l'apport des comprimés "tout en un"

Source: Doctissimo

Dans les pays du Nord, la prise en charge du VIH/Sida s'oriente vers des traitements plus pratiques et comportant moins d'effets secondaires. Les trithérapies en un seul comprimé ont permis de simplifier le quotidien des patients mais également d'augmenter l'observance, un facteur-clé de réussite. Disponible depuis mars 2014, un nouveau comprimé "tout en un", le Stribild, est le premier contenant un inhibiteur d'intégrase.

Aujourd'hui, plus de 35,3 millions de personnes dans le monde vivent avec le VIH, dont 2,5 millions en Europe. Malgré de nombreuses campagnes de prévention, l'épidémie reste mal contrôlée en France avec 7 000 à 8 000 nouvelles contaminations chaque année. Près de 150 000 personnes vivent en France avec le VIH, dont 20 % qui ignorent leur séropositivité.

Vers des traitements plus pratiques et moins toxiques

Selon les dernières recommandations de traitement, il est désormais préférable de proposer le traitement antirétroviral à toutes les personnes vivant avec le VIH, y compris précocement après la contamination, quel que soit le taux de lymphocytes CD4, à la fois pour des raisons de santé individuelle et de prévention de la transmission du virus. L'objectif du traitement est d'empêcher la progression vers le sida et le décès en maintenant ou en restaurant un nombre de CD4 > 500 mm³. Pour atteindre ce but, le traitement antirétroviral doit rendre la charge virale plasmatique indétectable (< 50 copies/ml).

Dans les pays du Nord, la chronicité de la maladie et l'évolution positive de l'espérance de vie des personnes séropositives font que les demandes des médecins et des patients concernent en priorité des traitements plus simples, mieux tolérés sur le long terme sans faire de concession sur l'efficacité virologique. Plus simples, les traitements sont mieux suivis. Un point-clé sachant que les patients doivent être observants à leur traitement au moins 95% du temps pour obtenir des résultats optimaux.

Les traitements "tout-en-un" favorisent l'observance

Si les premiers traitements nécessitaient plus d'une vingtaine de comprimés à prendre quotidiennement avec de nombreux effets secondaires, aujourd'hui de nets progrès ont été accomplis.

- La première étape en termes de simplification a été franchie avec Atripla ®, la première trithérapie complète hautement active en 1 comprimé par jour.

- Puis Eviplera ®, seconde trithérapie en 1 comprimé par jour avec un profil de tolérance optimisé.

- Depuis mars 2014, Stribild ® (emtricitabine/fumarate de ténofovir disoproxil/elvitégravir/cobicistat) est le 1er traitement complet en un comprimé unique contre le VIH-1 contenant un inhibiteur d'intégrase.

Stribild ® est indiqué pour le traitement de l'infection par le VIH-1 chez les adultes âgés de 18 ans et plus, naïfs de tout traitement antirétroviral ou infectés par une souche de VIH-1 dépourvue de mutation connue pour être associée à une résistance à aucun des trois agents antirétroviraux contenus dans Stribild®. "Avec le Stribild nous disposons maintenant d'un nouveau traitement complet en un seul comprimé par jour pour le traitement de l'infection par le VIH qui allie la simplicité, l'efficacité et la bonne tolérance. Il s'agit donc d'une nouvelle option thérapeutique de première ligne qui devrait contribuer à améliorer encore la prise en charge des personnes infectées par le VIH" selon le Pr. Jean-Michel Molina, chef du Service des Maladies Infectieuses et Tropicales de l'Hôpital Saint-Louis à Paris et l'un des principaux investigateurs des études pivots de Stribild ®.

Stribild® associe quatre composés dans un seul comprimé à prendre une fois par jour : deux inhibiteurs nucléotidiques de la transcriptase inverse : emtricitabine 150 mg (Emtriva ®) et le fumarate de ténofovir disoproxil 245mg (Viread ®) ; un inhibiteur d'intégrase, l'elvitégravir 150mg et un nouveau potentialisateur pharmacocinétique, le cobicistat, qui augmenter la demi-vie d'élimination d'elvitégravir et permet ainsi d'utiliser ce nouvel inhibiteur d'intégrase en une prise unique quotidienne.

Quelles indications pour le Stribild ® ?

Stribild ® a obtenu une autorisation européenne de mise sur le marché le 28 mai 2013 après avoir démontré une non-infériorité après 48 semaines de ce médicament par rapport à deux trithérapies antivirales de référence. Dans ces études, l'incidence de certains effets secondaires (effets du système nerveux central, élévation du cholestérol, rash) semblait moins fréquente qu'avec Atripla ®. L'élévation des triglycérides est moindre sous Stribild® que sous traitement par atazanavir potentialisé par le ritonavir plus Truvada ®. Les effets indésirables les plus fréquemment observé sous Stribild ® sont diarrhée et nausées. Ce traitement devraient ne pas être préconisé chez les patients présentant une dysfonction rénale modérée (ou pire) et celles atteintes de lésions hépatiques graves.

Concrètement, les personnes traitées dont la charge virale est bien contrôlé et ne souffrent pas d'effets secondaires particuliers ne devraient pas changer de prise en charge. Stribild ® offre la possibilité d'un comprimé "tout en un" par de nouvelles personnes :

- celles qui sont naïves de tout traitement antirétroviral ou infectés par une souche de VIH-1 dépourvue de mutation connue pour être associée à une résistance à aucun des trois agents antirétroviraux contenus dans Stribild ;

- celles pour qui les effets psychiatriques de l'efavirenz contenu dans l'Atripla ® sont très handicapants ;

- celles dont le virus présente des résistances aux non nucléosides et qui doivent utiliser des anti-intégrases ;

- celles qui sont traitées par la même association et voudrait passer à un comprimé "tout en un".

Une possibilité dont l'intérêt est soulignée par les travaux du Pr Jacques Reynes du CHU de Montpellier et ses collègues présentée lors des 15èmes Journées nationales d'infectiologie à Bordeaux. Cet étude financée par Gilead a proposé à des patients contrôlés depuis 6 mois par un traitement associant inhibiteur de protéase boosté avec du ritonavir et de Truvada - (emtricitabine/ténofovir) de continuer le même traitement ou de passer à un comprimé par jour de Stribild ® qui associe toutes ces molécules. Résultat : A la 48ème semaine, 87% des patients restés avec leur thérapie initiale présentaient une charge virale indétectable, contre 94% parmi les patients à un comprimé par jour.

Selon les conditions de l'autorisation de mise sur le marché, le traitement ne doit être instauré que par un médecin expérimenté dans la prise en charge de l'infection par le VIH (il s'agit d'un médicament à prescription initiale hospitalière).

David Bême

Sources :

Conférence de presse Gilead - mars 2014

15èmes Journées nationales d'infectiologie à Bordeaux


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Traitements contre le VIH/Sida : l'apport des comprimés "tout en un".

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/1594.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum