contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

9 septembre 2014 

Campagne Love Life: éclairage

En quelques jours, quelques semaines, cet été, la nouvelle campagne nationale "Love Life" a fait l'objet d'une polémique très médiatisée. Fil rouge vous explique cette agitation.

La campagne Love Life est une campagne de sensibilisation contre le sida et les infections sexuellement transmissibles (IST) qui est conçue, réalisée et financée à Berne par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), en collaboration avec l'Aide Suisse contre le Sida et Santé Sexuelle Suisse. Les membres cantonaux de l'Aide Suisse contre le Sida, tels que le Groupe sida Genève, n'ont pas été consultés ni invités à y prendre part. Nous l'avons donc découverte, comme vous, à l'occasion de son affichage dans les rues de nos villes.

Ce type de campagne nationale de prévention contre le VIH et autres IST a été lancée en 1987. Le slogan STOP SIDA, adopté au début, a d'abord été remplacé par LOVE LIFE-STOP SIDA, puis par Love Life tout court en 2005. Non seulement le slogan, mais également l'objectif de la campagne ont évolué depuis 1987: au début, le message était axé sur le spectre du sida mais au fil du temps, l'accent a été déplacé vers une sexualité responsable, épanouie, sans risque.

Chaque nouvelle campagne Love life suscite son lot de polémique. L'actuelle campagne où l'acte sexuel est affiché sans pour autant être explicite a provoqué des réactions et de nombreuses attaques - peut-être était-ce là l'objectif du concept? Elle n'est en effet pas passée inaperçue. Un groupement évangéliste suisse, quant à lui, a fait une récolte de signatures pour que la campagne soit retirée du paysage. Et sur son blog personnel, Mauro Poggia, Conseiller d'État genevois en charge de la santé, a annoncé son "désamour", regrettant d'avoir été mis devant le fait accompli. Il s'est dit conscient que de telles campagnes doivent certes provoquer un certain "électrochoc" mais déclare: "Il y a (dans cette campagne) un pas que j'ai un mal certain à franchir». Et il n'est pas le seul: L'UDC Erich von Siebenthal a exigé l'arrêt immédiat de l'exercice, le PDC Fabio Regazzi a quant à lui considéré cette campagne "hautement scabreuse" et qu'il n'est "pas cohérent de vouloir protéger les mineurs face à la pornographie d'une part, tout en les exposant à des images à caractère explicitement sexuel d'autre part".

Ce n'est en revanche pas l'avis du Conseil fédéral, qui considère que "la campagne n'outrepasse pas les limites socialement admises et ne porte pas préjudice aux mineurs": "La sexualité et les images à connotation sexuelle font déjà partie de leur quotidien médiatique. Des images bien plus choquantes peuvent être vues en quelques clics sur internet. Si la campagne suscite des questions chez les enfants, c'est une occasion de leur fournir des réponses adaptées à leur âge."


Commentaires

Ces campagnes n'ont de toutes façons rigoureusement aucun effet , pas plus hier qu'aujourd'hui, et ont en général le point commun d'être faites par des gens qui ne comprennent rien au vrai sexe, forcément sans capote.

Que l'on y voit alors une récupération pour promouvoir des images homosexuelles n'est pas du tout surprenant;

Que les homosexuels soient à la pointe de l'hygiénisme désexualisant est par contre plus surprenant.

Tout se passe comme si on attendait des gens qu'ils soient responsables, or ils le sont déjà depuis toujours. Ce n'est pas du tout sur le sens des responsabilités qu'il faut se placer, mais sur la lutte contre la peur.

Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Campagne Love Life: éclairage.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/1645.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum