contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

11 avril 2015 

Maurice: une étudiante camerounaise testée positive au VIH menacée d'expulsion

Source: Le Journal de l'Île de la Réunion

C'est l'association mauricienne de lutte contre le SIDA, PILS (Prévention information lutte contre le sida) qui relaie l'information. Une jeune étudiante camerounaise serait selon eux menacée d'expulsion du territoire mauricien. Ce qui motive cette décision? Un test positif au VIH, quelques jours après avoir atterri à Maurice, le 5 février dernier.

Un mois plus tard, le 19 mars, elle recevait une lettre du Bureau du Passeport et de l'Immigration mauricien, l'informant que l'application pour son visa d'étudiant a été refusée, et qu'elle serait déportée dans deux semaines. En septembre dernier, la jeune camerounaise s'était inscrite dans une école privée pour y passer son diplôme en Hospitality management, avec toutes les économies de ses parents ainsi que des prêts personnels. Après s'être soumise à une série de tests médicaux, étape obligatoire pour l'obtention d'un permis d'étudiant sur le sol mauricien. Elle apprend alors, seule et loin de sa famille, qu'elle est testée positive au VIH.

Après avoir appris qu'elle pourrait être déportée vers le Camroun, l'étudiant a fait appel au gouvernement mauricien pour bénéficier, à titre humanitaire, d'un permis exceptionnel de rester et de poursuivre ses études. L'association PILS, qui soutient la jeune fille, espère que la demande actuellement au bureau du Premier Ministre, sera entendue positivement, malgré le "Immigration act" qui stipule qu'aucun permis de résidence ne sera octroyé à toute personne vivant avec le VIH. Une mesure que l'association combat vivement, estimant que la décision d'expulsion de cette jeune femme est "discriminatoire, injuste et inacceptable et sans aucune raison valable, ni aucune justification de santé publique".

Elle souligne par ailleurs que le gouvernement a fait la promotion de l'île comme d'un "educational hub", mais aussi une plateforme importante pour l'investissement étranger, y compris celui du continent africain. "Cette volonté nous semble incompatible avec de telles lois qui discriminent si fortement les personnes vivant avec le VIH", pointe du doigt PILS. Elle soutient par ailleurs qu'il a été médicalement prouvé qu'une personne positive au VIH, traitée et suivie, ne peut transmettre le virus à quelqu'un d'autre, mais que le manque d'information et le manque d'intérêt des décideurs politiques ne fait que renvoyer à la communauté internationale une image de gouvernement qui fait fi des droits de l'Homme notamment en matière de politique sur VIH.

"Dans cette ère de mondialisation, la loi mauricienne sur l'immigration est non-seulement obsolète et inefficace, mais elle alimente davantage de stigmatisation et de discrimination. De plus, restreindre la liberté de mouvement en se basant sur le statut sérologique de quelqu'un n'a aucun impact sur la santé publique du pays", termine l'association de lutte contre le Sida.

Aujourd'hui, ce sont plus de 100 pays dans le monde qui n'ont pas de politique d'exclusion des étrangers vivant avec le VIH. 26 autres pays eux, ont choisi de les déporter. Parmi ces pays, la Chine, la Malaisie, l'Egypte, la Russie, ou encore les Etats-Unis...


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Maurice: une étudiante camerounaise testée positive au VIH menacée d'expulsion.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/1745.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum