contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

16 juin 2015 

L'homophobie et ses effets sur la santé des gays mesurés dans une étude américaine

Source: EurekAlert! The Global Source for Science News
Traduction en français par Anne-Sophie Kupper

D'après l'étude publiée récemment dans le journal AIDS menée par la Yale School of Public Health (YSPH), les hommes homosexuels et bisexuels vivant dans les pays européens avec des politiques discriminatoires à l'égard des homosexuels sont beaucoup moins susceptibles d'utiliser les services de prévention, les tests de dépistage du VIH et de discuter de leur sexualité avec des prestataires de santé.

La perception de l'homosexualité varie considérablement à travers l'Europe, ont relevé le professeur associé et principal auteur John Pachankis et ses collègues. L'équipe de recherche a voulu investiguer l'impact de l'homophobie sur la santé des hommes gays et bisexuels- spécifiquement dans leurs comportements sexuels, l'utilisation des services de préventions du VIH et la capacité de faire face au VIH.

Pour mener l'étude, les chercheurs ont utilisé les données de l'European MSM Internet Survey (EMIS), un projet commun entre les partenaires académiques, gouvernementaux, non gouvernementaux et médias en ligne dans 35 pays européens. L'EMIS évalue les connaissances liées au VIH, les comportements et les services de santé utilisés par 174 000 hommes gays et bisexuels. Les chercheurs ont combiné les données de l'EMIS avec une étude qualitative par pays des lois, des politiques et des attitudes sociales envers l'homosexualité.

Les auteurs de l'étude ont trouvé de fortes différences dans la manière dont les pays traitent et perçoivent l'homosexualité. Ils ont également constaté que les hommes vivant dans des pays avec un fort niveau d'homophobie ont moins de connaissances sur le VIH et sont moins enclins à utiliser des préservatifs, ceci amenant les chercheurs à conclure que l'homophobie diminue l'utilisation des services de santé et compromet la qualité des services de santé.

Les chercheurs ont également relevé un risque accru de maladie pour les hommes gays et bisexuels dans les pays homophobes ou les services de prévention appropriés sont limités mais où l'opportunité pour des rapports sexuels est en augmentation.

« Notre recherche suggère que plutôt que d'être initialement issu d'un échec personnel, le risque de VIH est largement déterminé par les lois nationales et comportements envers l'homosexualité » relève Pachankis. « Cette étude montre que les hommes gays et bisexuels dans les pays homophobes sont privés de ressources, incluant les ressources psychologiques telle que la libre expression de soi qui est nécessaire afin de rester en bonne santé.

Un autre constat est que les hommes gays et bisexuels, dans les pays ou l'homophobie est plus prononcée, ont moins de partenaires sexuels et sont moins propices à avoir le VIH. Les chercheurs ont conclu que ce phénomène est le résultat des efforts des hommes gays et bisexuels de cacher leur orientation sexuelle ou de rester dans l'ombre. Alors que l'homophobie garde les hommes dans l'ombre et supprime leurs possibilités de se rencontrer et avoir des relations sexuelles, ont relevé les chercheurs, elle les maintient également dans l'ignorance des risques des rapports sexuels non protégés et dans la mauvaise utilisation de préservatifs dans leurs relations sexuelles, ce qui peut faciliter la transmission du VIH. La recherche soulève de nouvelles inquiétudes concernant la vulnérabilité des hommes dans les pays homophobes car ils n'ont pas la connaissance, les compétences et les ressources nécessaires pour éviter ou faire face au VIH constatent les auteurs de l'étude. Parallèlement, les possibilités pour avoir des relations sexuelles sont en expansion en raison d'une augmentation de la mobilité et des voyages ainsi que d'un développement rapide de la technologie tels que les sites de rencontre et les applications pour téléphones.

La publication est un effort joint entre Yale, la Columbia University, la London School of Hygiene & Tropical Medicine, the Norwegian Knowledge Centre for Health Services, the German Robert Koch Institute et l'Office fédéral suisse de la santé publique OFSP.

Plus d'informations sur AIDS: "Hidden from health: structural stigma, sexual orientation concealment, and HIV across 38 countries in the European MSM Internet Survey"


Commentaires

A lire

Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: L'homophobie et ses effets sur la santé des gays mesurés dans une étude américaine.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/1801.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum