contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

26 octobre 2015 

EACS 2015: L'impact bénéfique de la réadaptation dans les soins de santé VIH

Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour image_manager__25percent_15th_conference_logo.jpeg

Comment mieux vivre avec le VIH quand, de nos jours, l'espérance de vie peut atteindre le 3ème âge? C'est justement la question qu'a lancée le panel de 5 chercheurs ce vendredi soir au public présent. Ce groupe de scientifiques internationaux forme la Rehabilitation in HIV Association, qui regroupe des équipes britanniques, canadiennes et irlandaises.

La nécessité d'une action commune

Patty Solomon, de l'Université canadienne McMaster, souligne que les personnes vivant avec le VIH font régulièrement face à des défis en lien avec le virus lui-même, mais également souvent avec de la co-morbidité et les effets secondaires du traitement. Certaines activités (sociales, quotidiennes, récréatives) deviennent plus difficiles à réaliser et rendent l'avenir de la personne incertain.

Ainsi, le panel a identifié plusieurs obstacles qui compliquent le développement d'une action commune pour le mieux-être des personnes vivant avec le VIH: la différence entre les systèmes de santé en Europe; le réflexe de se tourner vers les médicaments au lieu de marcher quelques minutes de plus par jour pour soulager des douleurs articulaires, par exemple; les différentes culturelles de chaque pays; etc. Selon elle, la réflexion impérativement à poursuivre! 

Richard Harding, du King's College London souligne surtout que la personne vivant avec le VIH doit être au cœur des soins prodigués pour espérer obtenir une meilleure qualité de vie: «  From the life of the virus to the life of the host ». 

The Kobler Rehabilitation Class

Parmi les exposés, on retiendra notamment celui de Darren Brown, du Chelsea and Westminster Hospital, qui a présenté un intéressant programme de réadaptation: The Kobler Rehabilitation Class, qui propose des cours de sport, de mieux-être, un apprentissage pour apprendre à atténuer ses douleurs chroniques, à réduire son stress, à avoir une meilleure image de soi et de son corps. Toutes ces activités sont encadrées par des professionnels et mettent la personne au cœur du programme de soins. 

Chaque classe regroupe 75% d'hommes et l'âge moyen est de 52 ans. La majorité des participants sont référés par une clinique de soins VIH ou un médecin traitant. Les problèmes les plus fréquents sont les douleurs squelleto-musculaires et oncologiques. Le programme dure 10 semaines et les résultats démontrent un effet positif, tant sur le moral que sur le physique.

Le public a été ensuite invité à présenter des techniques de soins et les programmes existants dans leur pays. Le panel a terminé sur une note positive en démontrant qu'il est possible de mieux vieillir avec le VIH, sans nécessairement une sur-médicamentation. 

Maroussia Melia


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: EACS 2015: L'impact bénéfique de la réadaptation dans les soins de santé VIH.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/1885.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum