contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

24 octobre 2015 

EACS 2015: PrEP, «Nous ne voulons plus attendre»

Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour image_manager__25percent_15th_conference_logo.jpeg
Les représentants communautaires ont clairement manifesté leur impatience face à l'immobilisme des autorités sanitaires européennes et des compagnies pharmaceutiques - surtout Gilead, qui commercialise le Truvada - dans le dossier de la prophylaxie pré-exposition ou « PrEP », comme elle est plus souvent nommée. Réunis pour un panel organisé par le European AIDS Treatment Group intitulé « Is Europe buying into PrEP? » (L'Europe adhère-t-elle à la PrEP?), on sentait que la réponse était: certainement pas l'Europe officielle!

Nicolas Feustel, militant allemand, a ouvert le bal en citant la position officielle des autorités allemandes, que l'on peut résumer ainsi: Gilead n'a pas fait de demande d'autorisation de mise sur la marché concernant l'usage du Truvada pour la PrEP, donc les autorités n'ont pas à avoir d'opinion sur cette question...
L'ironie de cette position, reflétée sinon pour la forme du moins dans sa substance par quasi toutes les autorités de mise sur le marché des préparations pharmaceutiques d'Europe, est que de nombreuses personnes en Europe utilisent déjà une forme de PrEP. En effet, sans attendre une quelconque autorisation officielle, ces personnes se procurent les génériques du Truvada, FTC et TDF, à l'étranger.

En Allemagne, la commercialisation de médicaments provenant de l'étranger par internet est interdite, constate Feustel [tout comme en Suisse d'ailleurs, Ndlr]. Et pourtant, les ventes par internet sont l'une des parades fréquemment utilisées lorsqu'un médicament n'est pas localement disponible à la vente ou à prix plus élevé qu'à l'étranger. Par contre, une exception est faite par les douanes allemandes pour l'importation personnelle si elle n'excède pas trois mois de médicaments. En Suisse, cette exception existe aussi et est généralement donnée pour 1 mois de traitement.

On comprend mieux pourquoi de nombreux Allemands font usage de cette exception pour se procurer les médicaments génériques à l'étranger à des prix très intéressants. Et ils n'ont pas à aller très loin! Au Royaume-Uni, l'achat de génériques pour 3 mois de traitement est parfaitement légal et un mois de PrEP - 30 pilules - coûte environ €60, selon Feustel. 

Face à l'intransigeance des autorités, Feustel se demande si le plaidoyer ne devrait pas tout simplement se concentrer sur la modification des lois douanières des pays européens pour permettre l'importation par les personnes concernées des génériques FTC et TDF pour un prix défiant toute concurrence. Et ce n'est pas entièrement par provocation que Nicolas Feustel avance cette possibilité.

Sascha Moore Boffi

Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: EACS 2015: PrEP, «Nous ne voulons plus attendre».

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/1882.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum