contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

14 octobre 2015 

Sida : les mises au point d'un Prix Nobel


sida1.jpg
Françoise Barré-Sinoussi, Prix Nobel de médecine et co-découvreuse du virus était, hier, dans la région. L'occasion de faire le point sur la recherche

Une mer limpide, un horizon azur découpé par le petit train de la Côte Bleue. Dans cet univers de vacances, la cinquantaine de chercheurs a eu peut-être un peu de mal à se concentrer sur sa 5e université organisée par le Sidaction, à Carry-le-Rouet.

Mais la réalité de la maladie a vite repris le dessus avec celle dont le nom reste étroitement lié au sida : la Prix Nobel de médecine, Françoise Barré-Sinoussi, récompensée en 2008, qui a participé à la découverte du virus VIH, en 1983, auprès du professeur Luc Montagnier. Plus de 30 ans après, le sida fait moins peur, contré par des traitements qui ont prouvé leur efficacité. "Aujourd'hui, pour un jeune de 20 ans contaminé, explique la chercheuse, l'espérance de vie est de plus de 55 ans contre 60 ans pour un jeune séronégatif." 

Pourtant, le sida pourrait reculer encore si l'État ne tournait pas le dos à la PrEP, autrement dit la Prophylaxie pré-exposition, traitement préventif qui empêche le virus de pénétrer dans l'organisme. Présent à Carry, auprès de Françoise Barré-Sinoussi, le chercheur (de l'Inserm) Bruno Spire était le premier à déplorer ce mépris de l'État, que la codécouvreuse du sida ne comprend non plus. "Le problème du PrEP, c'est que cela coûte de l'argent, 500€ par individu et l'État ne veut pas payer.
La prévention a toujours été le parent pauvre de la santé. C'est comme pour le paludisme, le traitement préventif, c'est le voyageur qui doit se le payer. "En France, on rembourse les soins seulement. Alors, c'est vrai que c'est cher mais aux États-Unis, on n'hésite pas à rembourser.

Et 30 000 personnes en auraient besoin en France. Mais bon, comme il s'agit d'homos, qui représentent une minorité électorale pour les élus, on s'en fout."

"15 millions de personnes sur 37 millions infectées sont traitées"

La PrEP écartée, quelle est la tendance en ce qui concerne le vaccin ? Recherche trop lente comme le regrettent certains ? "Non, on ne peut pas dire ça, coupe Françoise Barré-Sinoussi, ça prend toujours du temps. N'oubliez pas qu'on a mis 100 ans pour trouver d'autres vaccins. Alors 30 ans, ce n'est pas grand-chose.Puis, on a fait d'énormes progrès. On a des tests de diagnostic hyperfiable, des traitements qui permettent de vivre normalement et une vraie palette d'outils de prévention."

Reste que, pour que les travaux avancent, il faut des chercheurs. Or, on raconte que de plus en plus d'étudiants se tournent vers des domaines plus porteurs financièrement (lire ci-dessous). Mais les problèmes salariaux en France ne sont rien à côté des problèmes économiques que connaît le tiers-monde en matière de lutte contre le sida. Quelle évolution en Afrique ou en Asie ? "15 millions de personnes sur 37 millions infectées sont traitées, révèle Françoise Barré-Sinoussi. L'objectif 2015 a été atteint. Mais le problème aujourd'hui est de savoir ce qui va se passer après. Si on veut traiter les autres, il faut augmenter les dotations. Puis, il faut être mieux organisé. Il y a des endroits reculés où des gens sont malades et où personne ne va. Il faut plus de moyens humains mais il n'y aura jamais suffisamment de soignants."

Pourtant le rôle de ces derniers est essentiel. Et pas seulement dans la lutte contre le sida.

"Pour Ébola, ce sont des chercheurs du sida qui ont fait les tests. Donc il y a un savoir-faire pour ceux qui luttent contre le VIH qui sert au-delà de cette maladie." "Le problème, conclut Bruno Spire, c'est qu'il y a un état d'esprit qui nous inquiète. On semble dire : le sida c'est bon maintenant, passons à autre chose."


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Sida : les mises au point d'un Prix Nobel.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/1868.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum