contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

21 décembre 2015 

Un nouveau test de détection du virus de l'hépatite C

PHO3d82f5c6-9138-11e5-939b-021df7b27dc1-805x453.jpg
Source: Le Figaro

Alors qu'il n'existe à ce jour qu'un test sanguin qui se fait en deux étapes, des chercheurs américains ont annoncé avoir mis au point un test urinaire simple et peu onéreux. 

La détection d'infections virales n'est pas toujours simple. C'est le cas des hépatites et particulièrement de la C. Pour le moment, il existe un test sanguin qui se fait en deux étapes. Des chercheurs de la Irvine School of Medicine de l'université de Californie ont annoncé, lors de la Conférence annuelle de l'association américaine pour l'étude des maladies du foie, avoir mis au point un test urinaire simple et peu cher qui permet de savoir si l'on souffre ou non d'une hépatite C.

Cette maladie est due à un virus découvert en 1989. Environ 150 millions de personnes dans le monde sont infectées chroniquement par le virus de l'hépatite C (VHC) et quelque 350.000 meurent chaque année de pathologies hépatiques liées à ce virus, cirrhoses ou carcinomes. De 3 à 4 millions de personnes sont infectées chaque année. La transmission du virus se fait pas voie sanguine (seringues des toxicomanes ou transfusion sanguine). Il n'existe pas à ce jour de vaccin. Le dépistage du VHC se fait par une prise de sang où va être recherchée la présence, ou non, d'anticorps contre le virus. Ce premier test permet donc de savoir si la personne concernée a été en contact avec celui-ci. Mais un deuxième test doit être réalisé pour savoir si le virus a été éliminé ou s'il est toujours actif (tests pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale).

Réduction des coûts

«Mettre au point un test fiable, facile à utiliser et peu coûteux est un impératif de santé publique , a expliqué le Dr Ke-Qin Hu, le responsable de ces travaux. Car l'hépatite C est largement sous-dépistée et sous-diagnostiquée. Or une personne atteinte ne peut être prise en charge et soignée que si elle est diagnostiquée, ou alors seulement lorsqu'elle développe des symptômes .»

Les chercheurs estiment que leur test urinaire, qui permet de savoir en une fois si une personne a été en contact avec le VHC et si elle développe ou non la maladie, sans passer par la prise de sang, permettra de réduire grandement les coûts globaux du dépistage. Et ainsi de pouvoir le proposer dans de nombreux pays très concernés mais qui n'ont pas les moyens de se le procurer. Reste maintenant à vérifier sur une large échelle la fiabilité du test et à réaliser son développement industriel...


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Un nouveau test de détection du virus de l'hépatite C.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/1941.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum