contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

5 avril 2016 

Des parents d'homos font leur coming-out

Source: 360°

parents-dhomos-geneve.jpg
L'association genevoise Parents d'homos aide les parents à accepter l'homosexualité de leurs enfants et s'engage pour briser les tabous depuis 10 ans.

«Quand vous dites 'tantouze' ou 'tafiole', vous me blessez, parce que mon fils est gay.» Le coming out n'est pas réservé aux jeunes gens qui décident d'annoncer à leurs proches qu'ils aiment les personnes de même sexe qu'eux. Roudy Grob, comme tous parents d'homosexuel, a dû lui aussi assumer, avouer à son entourage propre l'orientation sexuelle de son fils, Walter. Il y a dix ans, Roudy et sa femme Lucienne ainsi qu'un autre couple fondaient l'association Parents d'homos, pour aider les personnes qui, comme eux, apprenaient l'orientation sexuelle «différente» de leur progéniture. «Avec mon mari, raconte Lucienne, on a tout de suite décidé qu'on ne culpabiliserait pas, mais on s'est très vite rendu compte que pour d'autres parents, c'était plus compliqué.»

«Nous, nous ne sommes pas en danger physique, mais il y a le jugement des proches, des collègues, des amis. Il y a toujours ce préjugé qui pousse à chercher une cause. C'est pour cela qu'on se bat.»

Lorsque Carole Garcia apprend l'homosexualité de sa fille, c'est tout d'abord «le désarroi, l'incompréhension», l'envie de «sauver» sa fille. Le choc, puis l'acceptation. Quand, quelques années plus tard elle apprend que l'un de ses fils est homosexuel lui aussi, elle décide de s'engager pour changer la façon dont la société perçoit l'homosexualité. «Nous, nous ne sommes pas en danger physique, mais il y a le jugement des proches, des collègues, des amis. Il y a toujours ce préjugé qui pousse à chercher une cause. C'est pour cela qu'on se bat.» Lorsque des parents décide d'appeler Parents d'homos, ils témoignent tout d'abord de leur incompréhension. Ils vivent l'homosexualité de leur enfant comme une forme d'injustice: pourquoi ça leur arrive à eux? «Nous, on essaie de leur demander ce qu'ils craignent et ce qu'ils attendent de nous. Eux demandent souvent ce qu'ils peuvent faire, s'ils peuvent 'guérir' leur enfant», raconte Roudy. Difficile d'appeler, difficile de demander de l'aide, difficile aussi d'accepter une rencontre avec les membres de l'association. Des fois, les réactions sont plus violentes encore: «C'est pas mon fils. Moi, je ne l'ai pas élevé comme ça...»

À BAS LES TABOUS!

Outre les appels, l'association déploie un grand nombre d'activités de sensibilisation, principalement dans les écoles: ils s'entretiennent avec les élèves, les parents et les professeurs. Les interrogations de leurs interlocuteurs, les messages qu'ils transmettent diffèrent selon l'audience. Face aux élèves, ils évoquent leur vécu de parents, la façon la plus judicieuse d'avouer son homosexualité à ses proches. Face aux parents, ils commencent tout d'abord par leur dire que, selon toute probabilité, un ou plusieurs parents présents dans l'assemblée apprendront un jour l'homosexualité de son enfant. Ils tentent aussi de les convaincre de la nécessité de soutenir les initiatives des professeurs qui tentent de sensibiliser leurs élèves à ces questions pour éviter une querelle comme celle qu'a connue la France à propos de la théorie du genre. Aux enseignants, ils conseillent des lectures personnelles et des livres à mettre à disposition dans leur classe à l'intention des élèves. Ils ont par ailleurs réalisé une brochure très complète, «Parlons-en!», disponible sur le site internet de l'association.

Carole, Lucienne et Roudy le disent en chœur: ils ont besoin d'aide, des parents qui comme eux, seraient prêts à se battre pour briser le tabou de l'homosexualité - la règle dans beaucoup de milieux. Pourquoi s'engager? «Pour ses enfants! Pour moi c'est une question d'amour et de partage», lance Carole. Au-delà de la satisfaction de se savoir utile à leur progéniture, ils soulignent tous trois le caractère passionnant de cet engagement. Il y a le côté humain, dont parle Lucienne: «J'aime voir évoluer les situations, des couples qui nous appellent, qui peinent à accepter l'homosexualité de leur enfant et qui, quelque temps plus tard, nous annoncent qu'ils ont passé un Noël merveilleux avec leur fils et son petit ami.» Pour ces trois parents, c'est aussi un moyen de «ne pas s'enfermer dans un ghetto», d'apprendre de nouvelles choses, de se renseigner sur les sujets qui occupent les débats actuels: question de genre, mariage pour tous, bisexualité, etc. Parents d'Homos et l'une des seules associations à œuvrer en ce sens (outre un groupe lié à Vogay, dans le canton de Vaud). Parlez-en autour de vous! À vos parents surtout!

» Plus d'infos sur parentsdhomos.ch

Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Des parents d'homos font leur coming-out.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/1999.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum