contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

20 juillet 2016 

AIDS2016 : le traitement précoce réduit les transmissions de 96 %


Miniature de l'image pour uploded_sidadurban-1468928119.jpg
Initier tôt le traitement antirétroviral permet de réduire de 93 % le risque d'infection par le VIH. Une étude internationale menée sur 10 ans vient de le montrer.

Traiter l'infection par le VIH pour prévenir d'autres contaminations, ça marche ! Voilà une nouvelle qui devrait éclairer la Conférence internationale sur le Sida, qui se tient à Durban (Afrique du Sud) du 18 au 22 juillet. Un essai clinique mené dans 9 pays vient de livrer ses résultats définitifs. Ils sont aussi publiés dans le New England Journal of Medicine. Administrés suffisamment tôt, les antirétroviraux permettent d'éviter une transmission du virus.

46 contaminations

Cette étude, nommée HPTN 052, a démarré au cours de l'année 2005. 1 760 couples séro-discordants, c'est-à-dire où un conjoint est séropositif et l'autre non, ont été suivis jusqu'à aujourd'hui. Le traitement antirétroviral a été engagé selon deux protocoles : la moitié des personnes infectées par le VIH a reçu les médicaments dès le diagnostic, alors que leurs lymphocytes étaient préservés ; l'autre moitié a bénéficié du traitement après une légère chute des lymphocytes.

Au cours du suivi, 78 partenaires ont été contaminés par le VIH. 46 cas étaient liés aux relations au sein du couple. 3 seulement appartenaient au groupe où le traitement était initié tôt. Ces résultats montrent donc que les antirétroviraux fournissent une protection fiable et durable contre le virus. En cela, ils pourraient constituer un nouveau volet de l'approche TASP (treatment as prevention), qui consiste à proposer les médicaments aux personnes séropositives en prévention d'une éventuelle transmission.

96 % de transmissions en moins

Les chercheurs ont chiffré le bénéfice apporté par une initiation rapide des antirétroviraux. Par rapport à une prescription retardée, le risque de contamination est réduit de 93 %. En effet, lorsque la réplication du virus dans l'organisme est interrompue, cette transmission n'a plus lieu. Ainsi, les transmissions effectives étaient 96 % moins nombreuses.

« L'étude HPTN 052 confirme le besoin urgent de traiter les personnes infectées par le VIH dès le diagnostic, afin de protéger leur santé et la santé publique », estime Myron Cohen, co-auteur de l'étude, qui salue l'investissement des participants et de ses collègues chercheurs.

Le traitement allégé reste efficace

Lourds en effets secondaires, les antirétroviraux doivent être pris chaque jour par les personnes séropositives. Un traitement pesant qui suscite de nombreux abandons. L'alléger à quatre jours par semaine, au lieu de sept, semble efficace. L'Agence nationale de recherche sur le Sida et les hépatites virales (ANRS) a mené une étude en ce sens auprès de 100 patients. Pour 96 d'entre eux, la diminution des prises n'a pas provoqué de hausse de la charge virale, ont-ils expliqué à la Conférence internationale sur le sida de Durban. Les autres ont rétabli leur charge virale après un retour au schéma habituel.« L'analyse des études d'observance a montré que le programme 4/7 jours a été très bien suivi et accepté par les patients. Dans plus de 90% des cas, la prise est conforme à la prescription », commente le Dr Pierre de Truchis, qui a mené les travaux. Ces conclusions devront encore être validées dans le cadre d'un essai randomisé. 640 patients seront prochainement recrutés et bénéficieront d'un traitement allégé pendant 48 semaines.


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: AIDS2016 : le traitement précoce réduit les transmissions de 96 %.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/2068.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum