contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

26 juillet 2016 

Chroniques de Durban 2016: le mot de la fin

Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour picture-152.jpg
Source: Par Michel Bourrelly, militant activiste. Conseiller spécial auprès du CRIPS île de France.

Vendredi 22 juillet.

Voilà tout a une fin. TOUT
La conférence Mondiale sur le sida de DURBAN se termine aujourd'hui.
TOUT a une fin, et le sida ?
Le sida aussi ! Sans nul doute.

Le sida ne peut pas être éliminé sans conviction, sans valeur, sans rage, sans probité, sans engagement, sans volonté de TOUTES et TOUS.

Oui comme le dit le Prof Peter PIOT, nous n'avons pas tous les outils, en effet, ni le vaccin, ni « THE CURE » (LE traitement) n'existent vraiment.

Mais certains d'entre nous savons depuis longtemps que le traitement biomédical SEUL ne nous sauvera pas. C'est une combinaison qui fonctionnera.

Une grande dose de COURAGE pour tous ceux qui appartiennent à l'une des communautés les plus exposées au virus, car tous les jours nous devons affronter les lois discriminantes dans tel pays, les tortures dans un autre, les moqueries dans un troisième.

Du Courage pour TOUS ceux qui luttent, qui depuis 3 décennies, contre vents et marées, s'opposent à la génération spontanée des réactionnaires, des révisionnistes, des opportunistes, des imposteurs, des menteurs.

Du courage pour Les Quelques Femmes et Hommes politiques, qui individuellement montent au créneau, ose affirmer que l'avenir de l'humanité c'est plus de droits, plus de libertés, plus d'amour. Ce sont les JUSTES du 21ème siècle, qui assument leur choix politique, être du côté de ceux qui ont besoin d'être aidés, des plus faibles.

Ils sont trop rares, pas accompagnés, pas valorisés.

Du courage pour toutes les séropositives et tous les séropositifs, qui toutes les heures de leur vie ont le sentiment de vivre leur dernière minute, qui tous les jours observent des stigmatisations dans leur travail, qui régulièrement entendent des horreurs proférées dans la cours de l'école, dans la rue, sur le marché ou à la télévision.

Ces doses de courage certains d'entre nous ont la chance de la recevoir tous les deux ans à la conférence Internationale sur le sida.

Tant d'espoir, tant de force, tant de stars autour de nous !!! mais c'est tous les 730 jours. Un traitement à très longue durée. Mais ces conférences sont juste des calmants, calmants de la douleur, de la peine de la souffrance, du désespoir d'avoir tant perdu.

Avoir perdu tant d'amis qui ne reviendront pas.
Avoir perdu tant de temps qui comme le chantait BARBARA ne se rattrapera pas.
Avoir perdu nos illusions, notre jeunesse, notre joie et notre énergie.

Pourtant il y a quelques raisons d'espérer au moins du point de vue médical, pour ceux, trop nombreux qui vont subir une contamination, un traitement immédiat, pourra permettre de les maintenir en vie longtemps avec un intrus dans son corps. La diversification des modes de dépistage permet aussi de savoir le plus vite possible si on a été exposé au virus du sida.
Mais pour éviter d'avoir un locataire viral toute sa vie, c'est bien plus difficile. Car l'utilisation des préservatifs a depuis très longtemps montré ses limites, l'annonce de l'arrivée de la PrEP, qui est une excellente nouvelle, doit être largement répercutée de partout, dans toutes les populations, sans jugement moral.

Nous sommes dans une nouvelle ère.
Nouvelle ère de prévention.
Nouvelle ère thérapeutique.
Nouvelle ère d'accueil et d'accompagnement.
Non la lutte contre le sida n'a pas trop de place.
Non nous n'en faisons pas trop.

La lutte contre le sida parle de pauvreté, de sexisme, d'homophobie, de transphobie.
La lutte contre le sida parle d'argent mal utilisé, de politiciens sourds aux besoins de leur population.

Mais la lutte contre le sida a besoin de renouveau, de vérité, moins de diplomatie plus de démocratie, moins de sourires complaisants et complices, plus d'actions pertinentes et utiles.

Oui nous sommes à un tournant de cette épidémie.
L'année prochaine la conférence de l'IAS intermédiaire aura lieu à PARIS et la prochaine conférence Mondiale à AMSTERDAM en 2018.

D'ici là, tous ensemble reconstruisons une lutte fière, intransigeante, simple, efficace.
Car nous ferons honneur à tous ceux qui nous ont précédé et qui ont perdu leur vie durant ces 30 dernières années 

La LUTTE continue
Les progrès sont là.
Combinons nos savoirs et nos volontés et nous vaincrons.


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Chroniques de Durban 2016: le mot de la fin.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/2071.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum