contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

12 juillet 2016 

Sexo : 7 idées reçues sur le VIH

Source: Public.fr

Sexo-7-idees-recues-sur-le-VIH_portrait_w674.jpg
Le SIDA s'est banalisé ces dernières années. La nouvelle génération n'a pas connu les années SIDA et le nombre de contaminés ces dernières années progresse surtout chez les homosexuels et bisexuels de 15/24 ans. Alors que la prise en charge de la maladie s'améliore d'années en année, les idées reçues perdurent.

Le SIDA est une maladie de vieux
C'est faux. Même si les 15/25 ans n'ont pas connu les heures les plus sombres du SIDA et ne font pas partie de la "génération capote", ils ne doivent pas pour autant se sentir à l'abri, penser qu'il s'agit d'une maladie qui ne les concerne pas et baisser la garde. Le SIDA né dans les années 80 continue à faire des ravages. Selon les chiffres de l'Institut de veille sanitaire (InVS), en 2014, sur les 6600 personnes qui ont découvert leur séropositivité 11 % avaient entre 15 et 24 ans. Par ailleurs, le nombre de comportements à risques ne cessent de progresser (quelle que soit la tranche d'âge).

Le SIDA est une maladie d'homosexuels
Faux. Toujours selon l'étude l'Institut de veille sanitaire (InVS), 56 % des personnes ayant découvert leur séropositivité en 2014 étaient hétérosexuels (contre 42 % d'hommes ayant des rapports avec des hommes).

Le SIDA est une condamnation à mort
Non. Aujourd'hui grâce aux traitements antiviraux, il est tout à fait possible de vivre avec le SIDA et l'espérance de vie des personnes atteintes du VIH est proche de celle de la population générale. Les effets secondaires aux traitements existent et les prises peuvent être contraignantes, mais aujourd'hui être porteur du virus n'est plus une condamnation à mort comme cela était le cas au début de l'épidémie. Toutefois, les traitements ne sont pas une solution miracle, et la vigilance et la protection doivent être la règle.

Avec le sexe oral, pas de risque
Faux. Un rapport sexuel quel qu'il soit comporte son lot de risques. Et une fellation peut tout à fait transmettre le virus du SIDA, surtout si l'homme éjacule dans la bouche de son/sa partenaire. L'utilisation du préservatif reste un moyen sûr de se protéger. A noter, le risque existe aussi dans une moindre mesure avec le cunnilingus et l'anulingus.

Le SIDA se transmet par la salive, la transpiration, les larmes
C'est faux. Voilà un mythe qui a la vie dure : le SIDA se transmet par le sang, les rapports sexuels (fluides vaginaux, rectaux, sperme et pré-sperme), le lait maternel et si ces fluides entrent en contact avec une muqueuse, un tissu blessé ou directement avec le système sanguin via une aiguille ou une seringue. On n'attrape pas le SIDA en se tenant à proximité d'une personne malade qui nous postillonnerait dessus.

La pratique du retrait limite les risques
C'est faux. Le retrait juste avant l'éjaculation ne protège pas du SIDA, ni des MST, ni d'une grossesse non désirée... Il y a toujours un peu de sécrétion avant l'éjaculation qui entraîne un risque moindre certes mais réel.

C'est ma première fois, pas de risques pour mon/ma partenaire
Attention, même quand le/la partenaire se dit vierge, la protection reste de mise car on n'a pas forcément tous la même définition de la virginité. Pour certain(e)s seule la pénétration est considérée comme rapport sexuel, alors que la fellation et le cunnilingus le sont également.


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Sexo : 7 idées reçues sur le VIH.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/2059.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum