contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

30 août 2016 

VIH : le dépistage freiné par la pénurie de matériel


Miniature de l'image pour uploded_belchonock-1472397133.jpg
L'ONUSIDA veut traiter 90 % des séropositifs d'ici 2020. Mais les laboratoires du monde entier sont confrontés à des pénuries et ne peuvent pas répondre aux besoins

Pour mettre fin à l'épidémie de VIH, l'ONUSIDA a fixé un objectif ambitieux pour l'année 2020. Le programme des Nations Unies sur le VIH veut détecter 90 % des personnes séropositives, traiter par antirétroviraux 90 % d'entre elles et atteindre la suppression de la charge virale chez 90 % de ces dernières. 
Ambitieux, certes, mais il risque de ne pas être atteint. Un groupe d'experts de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) tire la sonnette d'alarme dans PLOS Medicine. Les outils de laboratoire sont sous utilisés et certains pays n'ont pas la capacité nécessaire pour parvenir à ces objectifs.

37 millions de séropositifs

Ces travaux s'appuient sur l'analyse des sondages annuels envoyés aux bureaux de l'OMS dans 127 pays membres. Les réponses livrées entre 2012 et 2014 ont été passées au crible par l'équipe de Vincent Habiyambere. Ces sondages permettent d'évaluer la capacité de chaque Etat à dépister les enfants, surveiller l'évolution des lymphocytes attaqués par le VIH et la charge de virus dans l'organisme.

Les documents sont loin d'être rassurants, à l'heure où 37 millions de personnes vivent avec le VIH. La plupart des pays n'ont pas la capacité de surveiller la charge virale des personnes séropositives. Les agents réactifs, éléments clé dans le cadre des examens biologiques, sont les premières victimes du manque d'approvisionnement.

Même lorsque les infrastructures et l'équipement sont suffisants, leur utilisation est loin d'être optimale. Moins de 14 % des dispositifs d'analyse des lymphocytes CD4+ sont mis à profit et 36,5 % des outils de suivi de la charge virale le sont. Ce sont justement ces examens qui permettent d'évaluer l'efficacité d'un traitement.

Une gouvernance nécessaire

Les laboratoires ne sont donc pas capables de répondre aux besoins de la population. Les progrès accomplis au cours des trois années d'analyse ne permettront pas de combler le retard. Dans ces conditions, difficile d'atteindre l'objectif 90-90-90 de l'ONUSIDA, concluent les auteurs de l'étude. Ces derniers reconnaissent que le secteur privé n'est pas inclus dans cette analyse, ce qui peut induire une différence. Mais ils relèvent un double défi : « Il faut évaluer les causes profondes de cette sous-utilisation des instruments et les régler. » Ces corrections appellent à être résolues pour espérer atteindre les cibles de l'ONUSIDA.

Certaines mesures relèvent des ajustements nationaux, assurer un équipement suffisant, renforcer l'accès aux soins par exemple. La plupart des problèmes mis en lumière par l'équipe de l'OMS peuvent être corrigés avec une organisation suffisante. « La communauté internationale devrait se concentrer sur l'utilisation optimale des technologies de laboratoires dans les pays où les interventions de mise à niveau sont les plus nécessaires », estiment les auteurs. Dans un article associé, Peter Kilmarx (Instituts américains de la santé) et Ravia Sambi (Ministère zimbabwéen de la Santé et de l'Enfance) évoquent un large panel de défis concrets qui s'opposent à un dispositif efficace et accessible à tous. Le manque de gouvernance est le principal frein avec la planification.


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: VIH : le dépistage freiné par la pénurie de matériel.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/2106.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum