contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

12 octobre 2016 

Toxicomanie : la première « salle de shoot » ouvre à Paris

Source: Le Monde

Miniature de l'image pour 5011481_6_8371_un-kit-d-injection-de-drogues-dans-le-bus-de_c9056cfccbad7a88d14484557cef4971.jpg
La première salle de consommation à moindre risque en France, qualifiée de « salle de shoot » par ses opposants, doit être inaugurée mardi 11 octobre au 4 rue Ambroise-Paré, dans le 10e arrondissement de Paris, par la ministre de la santé, Marisol Touraine, et la maire (PS) de Paris, Anne Hidalgo. Elle sera ensuite ouverte aux usagers à partir du 14 octobre.

Jean-Pierre Couteron, psychologue clinicien, président de la Fédération Addiction, et coauteur de Salle de shoot : les salles d'injections supervisées à l'heure du débat français (La Découverte, 2013), revient sur la genèse et le fonctionnement d'un tel espace.

Pourquoi les associations d'aide aux toxicomanes réclamaient-elles l'ouverture d'une telle salle ?

Dans le quartier de la gare du Nord, à Paris, des associations de réduction des risques comme Gaïa ou Safe n'arrivaient plus à toucher tous les usagers de drogue qui consomment dans la rue, les halls d'immeuble, les parkings ou les toilettes publiques.
Mais il existait déjà des lieux d'aide et d'accueil. Ce n'était pas suffisant ?
Non. Les associations avaient besoin de pouvoir leur proposer un lieu calme, dans lequel les usagers peuvent réaliser un parcours qui remet leur consommation dans de bonnes conditions sanitaires, avec des produits stériles et une salle de repos où ils peuvent rencontrer des personnes qui vont les aider. Car si on distribue des seringues stériles mais qu'elles sont utilisées dans les parkings, le progrès sanitaire est très relatif et l'impact sur les riverains quasi nul.

Très concrètement, comment va fonctionner la salle ?

Le principe est globalement toujours le même : l'usager va d'abord s'enregistrer, même avec une identité fictive. A Paris, on lui délivrera un ticket et, comme à la « Sécu », il devra attendre que son numéro s'affiche pour entrer dans la salle. Il devra également présenter le produit qu'il compte utiliser. La question de la qualité pourra aussi être abordée, par exemple si l'équipe de la salle sait qu'une drogue frelatée est en circulation à ce moment-là.
L'usager rentre ensuite dans le local où a lieu la consommation. Il s'installe, fait sa préparation et dispose de trente minutes pour s'injecter sa dose. A Paris, il y a peu ou pas d'héroïne, mais beaucoup de skénan, un médicament revendu 5 euros le cachet.
Le personnel surveille et se tient prêt à intervenir en cas d'overdose ou si un consommateur n'arrive pas à trouver une veine. Mais il lui est interdit d'aider physiquement à l'injection. Ensuite, c'est la salle de repos, et la possibilité d'accéder à un infirmier, un travailleur social ou un médecin.

Quel est le bilan des salles de consommation ouvertes à l'étranger ?

La première salle a ouvert en 1986 à Berne, en Suisse. Il y en a eu depuis près d'une centaine. Elles ont globalement toutes un bilan positif. Toutes ont permis une baisse des taux de contamination et une diminution de la délinquance.
Chaque salle a développé une personnalité particulière, liée au profil de ses usagers et du cadre urbain dans lequel elle s'insère. Celle de Vancouver, au Canada, c'est le navire amiral, car elle est située sur le continent qui a déclaré la « guerre à la drogue ». Il y a aussi la salle Quai 9, à Genève (Suisse), qui est très connue. Le Danemark a développé des salles itinérantes, installées dans des bus.

Certaines ont malgré tout fermé...

A Rotterdam (Pays-Bas), les Hollandais avaient quadrillé la ville avec de nombreuses salles. Chaque usager était enregistré et ne pouvait se rendre que dans celle de son quartier. Au fur et à mesure que leur situation s'améliorait, des salles ont pu fermer pour regrouper les moyens sur celles qui restaient.

Pourquoi cette mise en place a-t-elle pris autant de temps en France ?

Le débat en France m'a marqué par sa violence et son intensité. Il y a dans notre pays cette idée que la solution à la toxicomanie ne peut être que sanitaire ou pénale. En accompagnant les usagers, mais en ne soignant pas d'entrée leur dépendance et en ne les punissant pas, la salle d'injection supervisée est donc vécue comme une double trahison. Pire, on lève l'interdit. Pour les opposants, créer une salle de consommation à moindre risque, c'est installer les usagers bien au chaud et leur faciliter l'accès aux drogues.
Si on n'a pas réfléchi plus que ça à la question des drogues, ce raisonnement peut paraître de bon sens. Or l'expérience et des études ont montré l'inverse : laisser l'usager s'enfermer sur ses consommations, c'est lui laisser peu de moyens pour évoluer ; l'aider à moins s'enfoncer, à moins se dégrader, va au contraire renforcer sa motivation à évoluer tout en préservant les moyens de le faire.

Et l'opposition d'une partie des riverains ?

A Paris, comme ailleurs, cette opposition n'est arrivée que dans un deuxième temps, lorsque l'emplacement de la salle a été connu. C'est toujours très compliqué. La salle n'est pas installée dans un quartier où il n'y a pas d'usage. Au contraire, elle est installée dans un quartier où il existe déjà un usage un peu sauvage. Le pari, c'est de pouvoir l'absorber.
Chacun espère que le dispositif sera installé dans la rue d'à côté, pas dans la sienne. On rencontre en ce moment le même phénomène pour les lieux d'accueil pour migrants. Mais il y a aussi des riverains qui reconnaissent qu'on ne parachute pas le problème chez eux et que la salle a été installée au bon endroit...

Certains riverains craignent que la salle attire de nouveaux consommateurs...

Ce sera à la marge. Les consommateurs de drogue ne vont pas traverser la ville pour s'injecter leur dose. Après, la question d'adapter la salle à la situation rencontrée doit rester possible.


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Toxicomanie : la première « salle de shoot » ouvre à Paris.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/2157.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum