contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

23 novembre 2016 

Des affiches de prévention du sida censurées


Miniature de l'image pour 4F160EC4EC8F3B430B4BAA9600093476.jpg
Des affiches pour la prévention du sida, mettant en scène des couples homosexuels, ont provoqué mardi une polémique entre le gouvernement français et des municipalités qui les refusent, les jugeant contraires aux «bonnes moeurs».

La campagne, financée par le ministère de la Santé, met en avant des couples d'hommes ou de femmes avec des messages tels que «Aimer, s'éclater, s'oublier. Les situations varient. Les modes de protection aussi». Ou encore «coup de foudre, coup d'essai, coup d'un soir».

Au moins deux municipalités de droite, une en région parisienne, l'autre dans l'Ouest, ont décidé d'interdire ou de retirer ces affiches qu'elles jugent «provocantes», «contraires aux bonnes moeurs et à la moralité» ou de nature à «heurter les sensibilités», notamment celles des enfants.

Plus largement, une dizaine de villes, sur les 130 où la campagne est diffusée, ont demandé à la société d'affichage de les retirer, selon une source proche de cette société. Choquée par cette «censure», la ministre socialiste de la Santé Marisol Touraine a annoncé mardi qu'elle saisissait la justice au nom de la défense de «la santé publique» et de la lutte contre «l'homophobie».

Le maire d'Aulnay-sous-Bois (est de Paris) Bruno Beschizza, qui a pris un arrêté lundi pour interdire ces affiches, a nié toute motivation homophobe, assurant qu'il aurait pris le même arrêté si les affiches avaient mis en avant des couples hétérosexuels. L'édile, qui soutient François Fillon au second tour de la primaire de droite face à Alain Juppé, a affirmé auprès de l'AFP avoir été alerté au cours du week-end par des parents inquiets. «On est sur une campagne qui n'est pas tous publics», a-t-il estimé.

A Angers (ouest), le maire Christophe Béchu a expliqué avoir demandé le retrait des affiches mais «uniquement aux abords des écoles (primaires) et sur le parcours des bus scolaires», à la suite de plusieurs dizaines de plaintes d'habitants.

Sur Twitter, les commentaires sont partagés entre rejet des affiches et dénonciation de l'homophobie. Des internautes diffusent aussi des images de publicités sexistes, s'étonnant qu'elles n'aient pas déclenché les mêmes indignations.

En Suisse, les nouvelles affiches de la campagne LOVE LIFE, diffusées depuis la semaine passée, n'ont pas suscité de polémique.


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Des affiches de prévention du sida censurées.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/2195.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum