contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

20 février 2017 

Geste d'une assurance contre l'hépatite C

SourceTribune de Genève

Miniature de l'image pour Miniature de l'image pour topelementtdg.jpg
Santé: La caisse maladie va prendre en charge une partie des traitements achetés dans le sous-continent indien.

La caisse maladie Concordia va rembourser en partie les personnes atteintes de l'hépatite C qui achètent leur traitement en Inde ou au Bangladesh. Cette nouvelle possibilité est offerte aux patients qui ont une assurance complémentaire. Elle est soumise à une condition: passer commande par une voie sécurisée et conseillée par l'association Stratégie hépatite Suisse (SHS), afin d'éviter les mauvaises surprises liées à l'achat de médicaments sur Internet.

Des nouveaux médicaments ont révolutionné la lutte contre le virus: contrairement à leurs prédécesseurs, les effets secondaires sont limités et les chances de guérison sont passées de 60% à 90%. En Suisse, toutefois, ces tablettes sont chères (entre 45 000 et 60 000 francs) et l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) limite leur remboursement aux patients atteints d'une fibrose du foie de degré 2 (sur une échelle allant jusqu'à 4) ou si la maladie se manifeste en dehors de cet organe. Or, le même traitement coûte entre 1500 et 1600 dollars américains dans le sous-continent indien. Des gens qui ne remplissent pas les conditions de l'OFSP passent donc par cette filière pour se faire traiter.

Aujourd'hui en Suisse, une cinquantaine de personnes ont utilisé cette solution, selon des chiffres de SHS. Il y a parmi elles Svitlana, dont nous avons raconté l'histoire récemment (notre édition du 31 janvier). Ces gens passent commande sur un site australien, FixHepC Buyers Club, qui a mis en place un système d'achats contrôlés. La marche à suivre, décrite sur le site Internet de SHS, est stricte. Il faut notamment être suivi par un médecin en Suisse qui délivre une ordonnance puis contrôle le traitement.

Jusqu'à présent, ces malades devaient payer le traitement de leur poche. Concordia a décidé de rembourser 50% de la facture pour ses clients qui possèdent la complémentaire Diversa, et 75% pour Diversa plus. «Une prise en charge des coûts est légitime, à la fois d'un point de vue médical et financier. Cela permet à davantage de personnes de profiter de l'efficacité de ces médicaments», argumente le Dr Jürg Vontobel, membre du comité directeur de l'assurance.

«La loi interdit un tel remboursement par l'assurance de base, poursuit Jürg Vontobel. Mais 90% de nos clients ont l'une de ces assurances complémentaires.» La caisse maladie estime qu'environ 4000 patients pourraient être concernés. Elle est prête à étudier au cas par cas la possibilité d'aider davantage ses clients dans une situation financière précaire (qui n'ont pas de complémentaire ou n'ont pas les moyens de payer la partie restante du traitement). S'attend-elle à voir des malades s'intéresser à sa complémentaire? «Leur acceptation fera comme toujours l'objet d'un examen, qui porte notamment sur les risques», répond notre interlocuteur.

Malgré ces limitations, SHS salue «ce premier pas». «C'est une chance pour les patients, qui ne peuvent pas tous payer le traitement, même en Inde, réagit la porte-parole Bettina Maeschli. Nous sommes sans cesse confrontés à des patients qui souffrent, mais ne peuvent pas accéder aux médicaments en Suisse à cause des prix élevés et de la réglementation de l'OFSP.» L'organisation espère que d'autres caisses suivront. «Nous avons des contacts, mais il n'y a pour l'heure rien de concret», conclut Bettina Maeschli. (TDG)


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Geste d'une assurance contre l'hépatite C.

TrackBack URL pour cette note: /cgi-bin/mt/mt-tb.cgi/2240.



© 2008-2017 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum