contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

28 décembre 2017 

Pourquoi Genève refuse le dépistage gratuit du VIH

Miniature de l'image pour dépistageGE18.jpgSource: TDG

Santé: Dans le canton de Vaud, les tests seront gratuits en 2018 alors que Genève refuse de modifier sa Loi sur la santé.

Le même débat a eu lieu des deux côtés de la Versoix. Son issue est diamétralement opposée. Mardi, le gouvernement vaudois s'est dit favorable à une gratuité du dépistage du virus de l'immunodéficience humaine (VIH). Il répondait ainsi à une motion du Parti socialiste: 5000 dépistages par an coûteront à la collectivité environ 250 000 francs. Objectif: rendre le test plus accessible, «en particulier pour des groupes cibles vulnérables et/ou éloignés du système de soins».

À Genève, les motions et projets de loi se succèdent depuis 2014. Sans succès. Lors de la session d'octobre, le Grand Conseil a dit un non définitif au projet de loi porté par le député socialiste Romain de Sainte Marie. Quant au Conseil d'État, il a réitéré son opposition, comme il l'avait fait en 2014, quand ce même député faisait voter une motion au Parlement genevois.

Qu'est-ce qui a conduit la majorité à refuser une subvention d'environ 200 000 francs en vue de dépister gratuitement le VIH? En premier lieu, la diminution du nombre d'infections. Se basant sur la décennie 2004-2013, les autorités mettent en avant la baisse de 27% des infections. En 2014, 53 cas ont été décelés, relève le Conseil d'État, «un nombre particulièrement peu élevé». Reste que les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) font état d'une nouvelle hausse à Genève, avec 66 déclarations en 2015 et 68 en 2016.

Ces nouveaux chiffres n'ont pas suffi à convaincre. Autre argument: à Genève, les personnes particulièrement exposées ont la possibilité de réaliser un test de dépistage du VIH gratuitement ou à bas prix. Enfin, ni l'OFSP ni l'Organisation mondiale de la santé ne recommandent une telle prestation, écrit le Conseil d'État, privilégiant ainsi «un travail de prévention approfondi par le biais des associations qu'il soutient plutôt que la multiplication des tests non accompagnés de conseils adéquats».

Ainsi, le test restera payant à Genève. Dans tous les cas, il est anonyme. Aux HUG, il faut débourser 55 francs, ou 25 francs jusqu'à 18 ans révolus. Plusieurs centres médicaux réalisent également le test à des tarifs plus ou moins similaires que ceux des HUG. En revanche, le dépistage est gratuit pour les personnes précaires, sans assurance maladie et/ou sans papiers au Service de médecine de premier recours (Camsco) et au Programme santé migrants. Les structures en France voisine réalisent également le test gratuitement. (TDG)


Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: Pourquoi Genève refuse le dépistage gratuit du VIH.

TrackBack URL pour cette note: http://sidablog.ch/cgi-bin/mt6/mt-tb.cgi/2395.



© 2008-2018 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum