contenu | table des matières | déclaration d'accessibilité

Fil Rouge

8 janvier 2018 

VIH/sida: bientôt le test à faire chez soi

Source: Le Matin

vih2018.jpg
Les autorités suisses envisagent de légaliser les kits de dépistage à domicile, déjà commercialisés depuis plusieurs années aux États-Unis et chez nos voisins européens.

En Suisse, la loi interdit la vente au public de matériel destiné au diagnostic de maladies transmissibles. Une exception pourrait être faite pour les autotests VIH.

Une piqûre au bout du doigt et une goutte de sang suffisent. En 15 minutes, le résultat s'affiche: si deux bandes apparaissent, c'est positif. Dépister le VIH soi-même avec un kit acheté en pharmacie, c'est possible en France depuis 2015 et aux États-Unis depuis 2012, mais encore interdit en Suisse. Probablement plus pour longtemps.

Rapport attendu en mars

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a en effet été approché par un fabricant français qui souhaite commercialiser ses autotests en Suisse. Des discussions sont en cours avec la Commission fédérale pour la santé sexuelle, qui doit présenter son rapport en mars. «Je pense que nous recommanderons l'autorisation», annonçait hier son président dans la Luzerner Zeitung.

Une nouvelle accueillie avec enthousiasme par les milieux de la prévention. «Ces autotests constituent un bon complément au dépistage classique, car ils permettront de toucher des personnes réticentes à franchir le seuil d'un établissement médical, ou qui prennent des risques très régulièrement», estime David Perrot, directeur du Groupe sida Genève.

L'Organisation mondiale de la santé, qui soutient officiellement l'autodépistage depuis 2016, a notamment montré que ces autotests doublaient pratiquement la fréquence du dépistage du VIH chez les hommes ayant des rapports sexuels avec d'autres hommes. Pourquoi diable la Suisse a-t-elle tant tardé à se pencher sur la question? Jusqu'à récemment, l'OFSP jugeait ces autotests peu fiables et invoquait des risques liés à un manque d'encadrement de la personne qui se retrouverait seule face à un résultat potentiellement positif.

Aujourd'hui, les tests commercialisés affichent un taux de fiabilité proche des 100%. Aucun risque de faux négatif, pour autant que le test soit fait au bon moment, soit au moins trois mois après une possible exposition au virus. «Et les gens sont assez responsables pour savoir s'ils ont besoin d'être accompagnés dans leur dépistage», estime David Perrot, qui précise qu'un résultat positif doit dans tous les cas être confirmé par une prise de sang.

En attendant l'apparition des kits dans les pharmacies suisses, certains optent pour la commande sur Internet (environ 25 francs). Mais prudence: tous les autotests ne se valent pas. Mieux vaux se faire conseiller par une organisation compétente ou se rendre directement en pharmacie en France voisine. (Le Matin)



Ajouter un commentaire

TrackBacks (0)

Liste des articles qui référence la note: VIH/sida: bientôt le test à faire chez soi.

TrackBack URL pour cette note: http://sidablog.ch/cgi-bin/mt6/mt-tb.cgi/2403.



© 2008-2018 Groupe sida Genève | v1.0 | Flux RSS | Impressum