Si vous ne parvenez pas à visionner correctement le contenu de cet email, consultez-le sur cette page web

Newsletter n°9 - aux donatrices et donateurs
Newsletter aux donatrices et donateurs - décembre 2015

ÉDITORIAL

La semaine dernière, la Ministre française de la santé Marisol Touraine a annoncé l'autorisation prochaine du Truvada, un traitement antirétroviral, à des fins préventives. Des études importantes ont en effet démontré que celui-ci permet à des personnes séronégatives particulièrement à risque de ne pas être infectées par le VIH. L'ONUSIDA et l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommandent désormais la "PrEP" (Prophylaxie pré-exposition) comme un moyen supplémentaire pour lutter contre la propagation du virus en vue de l'éradication du sida.
 
Pour ma part, je souhaite que ce traitement soit également reconnu en Suisse et que les soignants puissent le prescrire aux personnes séronégatives au VIH. Ce n'est pas une pilule magique, mais les essais cliniques réalisés jusqu'ici montrent en effet qu'elle est très efficace. Au moment où les instances internationales valident ce traitement en prévention, il serait dommage de ne pas lui ouvrir la porte.

La PrEP est une mesure révolutionnaire en ce sens que c'est la première fois que l'on parle d'une pilule pour se protéger du VIH. Elle s'ajoute cependant à une offre de prévention plurielle et ne remplace pas les modes de protection connus, comme le préservatif. D'abord, car elle ne protège pas des autres infections sexuellement transmissibles. Ensuite, car c'est un médicament qui nécessite un encadrement médical. Par ailleurs, il faudra la coupler aux autres moyens de prévention, au dépistage, et surtout à l'accès universel aux trithérapies pour les personnes infectées par le VIH. L'ONUSIDA envisage la fin de la pandémie en 2030. La PrEP est un des outils qui vont nous permettre d'atteindre cet objectif.

Enfin, le traitement antirétroviral en prévention coûtera toujours moins cher qu'une infection par le VIH. Il faut en effet se rappeler qu'on ne guérit toujours pas du VIH/sida et, qu'une fois séropositif, le traitement doit être pris à vie et provoque à long terme des effets secondaires. Et que la stigmatisation des personnes séropositives existe hélas encore.

Pre Alexandra Calmy


programme_hug_2015.jpg

1er décembre 2015 : Journée mondiale de lutte contre le sida

La Journée mondiale de lutte contre le sida est une journée internationale consacrée à la sensibilisation à la pandémie du VIH/sida. Elle est organisée chaque 1er décembre. Cette journée fut établie en 1988 par l'Organisation mondiale de la santé, et le fait de tenir cette manifestation a été approuvé par l'Assemblée générale des Nations-Unies.

Les associations genevoises de lutte contre le sida s'unissent chaque année à cette date afin d'offrir aux Genevoises et aux Genevois des actions de solidarité et de visibilité, ainsi que des moments de mémoire en l'honneur de toutes celles et de tous ceux qui ont disparu.

Vous trouverez le programme complet ici
coge.jpg


Fil Rouge

Fil rouge (Groupe sida Genève) est la principale plateforme d'actualités sur le sida en Suisse. La rédaction a sélectionné les articles suivants pour vous.

OneFMtiteuf.jpg
Record éclairs au profit du Groupe sida Genève
Une mosaïque faite d'éclairs au chocolat a reproduit le visage de Titeuf, dans le hall de la gare. L'action était organisée en faveur de la lutte contre le Sida.

La PrEp à la Une
A l'heure où la France annonce son autorisation (et remboursement), à découvrir ici un article complet et explicatif sur la prophylaxie pré-exposition (PrEP), dans lequel la Professeure Alexandra Calmy des Hôpitaux Universitaires de Genève et David Perrot, directeur du Groupe sida Genève, se prononcent en faveur de son autorisation en Suisse.

La Suisse présidente de l'ONUSIDA
Le conseil de l'ONUSIDA a élu la Suisse à la présidence de l'institution pour l'année à venir. Pour le réseau Medicus Mundi Suisse, c'est un succès dû à l'engagement renforcé de la Direction du développement et de la coopération en termes de santé globale.

Vous ne souhaitez plus recevoir nos bulletins d'information? Merci de cliquer ici.